La production d'électricité et d'acier recule en Chine

le
0
    * Première baisse de la production d'électricité depuis 1968 
    * La production d'acier recule pour la première fois depuis 
1981 
    * Des secteurs exposés à de fortes surcapacités 
 
    par David Stanway 
    PEKIN, 19 janvier (Reuters) - La production d'électricité et 
d'acier a reculé en 2015 en Chine pour la première fois depuis 
des décennies, alors que l'extraction de charbon s'est 
contractée pour une deuxième année consécutive. 
    Ces multiples tendances illustrent les conséquences sur le 
secteur industriel du basculement que tentent de piloter les 
autorités chinoises vers une économie davantage tirée par les 
services et la consommation intérieure. 
    La croissance du produit intérieur brut (PIB) de la Chine a 
été en 2015 la plus faible en un quart de siècle, à 6,9%, 
  et les efforts de réorientation de l'activité ont 
mis en lumière des surcapacités colossales dans des secteurs 
tels que le charbon, l'acier et l'électricité. 
    Seul le secteur pétrolier a échappé à ce mouvement avec une 
activité dans les raffineries chinoises en hausse de 3,8% à 
10,44 millions de barils par jour sur l'année, avec un niveau 
record atteint en décembre, montrent les données publiées mardi 
par le Bureau national de la statistique. 
    "Comme les aciéries réduisent leur production, cela 
contracte la demande en charbon et en électricité et le charbon 
est lui-même frappé par la baisse de la demande en électricité 
et en ciment. Cela va être vraiment très mauvais au cours des 
cinq prochaines années", dit Xu Zhongbo, consultant dans le 
secteur de l'acier. 
    La Chine a produit 5.618 milliards de kilowatts/heure (kWh) 
en 2015, soit une baisse de 0,2% en un an, la première depuis 
1968 alors que le pays subissait le choc de la Révolution 
culturelle. 
     
    TRANSITION ÉNERGÉTIQUE 
    "La croissance économique de la Chine s'est découplée de la 
production d'électricité par les centrales à charbon et 
l'accroissement de la part des services dans le PIB de la Chine 
a aussi contribué à ralentir la demande", remarque Yang Fuqiang, 
chercheur au sein du Conseil de défense des ressources 
naturelles. 
    Cet expert s'attend à un ralentissement de la croissance du 
secteur jusqu'en 2050 à mesure que la Chine s'engage dans une 
"transition énergétique". A ses yeux, avec une surcapacité de 
production des centrales thermiques estimée à environ 200 
gigawatts, la Chine doit cesser d'approuver la construction de 
nouvelles centrales. 
    La production chinoise d'acier a pour sa part reculé de 2,3% 
à 803,8 millions de tonnes en 2015, soit la première baisse 
annuelle depuis 1981, le secteur dans son intégralité subissant 
de plein fouet les conséquences d'une demande en berne et d'une 
offre fortement excédentaire. 
    Environ la moitié des aciéries chinoises sont déficitaires 
alors que les surcapacités du secteur sont d'environ 400 
millions de tonnes par an, soit la moitié de la production 
totale. 
    Le ralentissement de la construction a aussi frappé le 
secteur du ciment, dont la production a diminué de 4,9% en 2015, 
avec là encore des répercussions sur le charbon et l'acier. 
    "La production d'acier va continuer de diminuer cette année, 
particulièrement l'acier pour le bâtiment. Il y a tout 
simplement trop d'appartements et de nombreuses villes n'ont 
plus besoin de construire", dit Xu Zhongbo. 
    La production de charbon a baissé de 3,5% en 2015 et elle 
devrait rester sous pression cette année dans un secteur qui 
affiche des surcapacités d'environ deux milliards de tonnes par 
an. 
 
 (Bertrand Boucey pour le service français, édité par Marc 
Joanny) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant