La privatisation des aéroports de Nice et Lyon officialisée

le
1
LA PRIVATISATION DES AÉROPORTS DE NICE ET LYON OFFICIALISÉE
LA PRIVATISATION DES AÉROPORTS DE NICE ET LYON OFFICIALISÉE

PARIS (Reuters) - La privatisation partielle des aéroports de Nice et Lyon a été officialisée dimanche par deux arrêtés publiés au Journal officiel, qui confirment la cession à deux consortiums distincts la participation de 60% de l'Etat dans chacun des deux aéroports.

Bercy avait annoncé fin juillet les vainqueurs des appels d'offres pour la privatisation partielle des deux premiers aéroports régionaux français. La participation de l'Etat dans l'aéroport de Nice avait été attribuée à un consortium composé de l'italien Atlantia, de l'aéroport de Rome et d'EDF Invest, et celle dans l'aéroport de Lyon à un consortium composé de Vinci, la Caisse des dépôts (CDC) et le groupe Predica.

Mais ces cessions devaient encore faire l'objet d'une consultation des représentants des salariés et d'un avis de l'Autorité de la concurrence, avaient alors précisé les ministères de l'Economie et des Finances dans leur communiqué commun désignant ces acquéreurs pressentis.

Deux arrêtés datés du 28 octobre et signés par le secrétaire d'Etat aux Transports Alain Vidalies, publiés dimanche au Journal officiel, confirment ces opérations.

"La cession de la participation de 60% détenue par l'Etat au capital de la société Aéroports de la Côte d'Azur à une société de droit italien constituée par les sociétés Atlantia SpA, Aeroporti di Roma SpA et Electricité de France est autorisée", indique le premier.

"La cession de la participation de 60% détenue par l'Etat au capital de la société Aéroports de Lyon à une société de droit français constituée par les sociétés Vinci Airports et Predica et par la Caisse des dépôts et consignations est autorisée", précise le second.

Une source proche de Bercy avait précisé cet été que les pouvoirs publics tireraient près de 1,8 milliard d'euros (1,22 milliard pour Nice et 535 millions pour Lyon) de ces opérations et que ces fonds seraient utilisés pour la filière nucléaire française et le désendettement de l'Etat.

La vente des participations de 60% de l'Etat au capital de ces deux aéroports a été lancée par la loi Macron pour la croissance et l'activité d'août 2015.

Ces deux nouvelles privatisations partielles interviennent après la cession, à la fin 2014 et pour 308 millions d'euros, de 49,9% du capital de l'aéroport de Toulouse-Blagnac au consortium chinois Symbiose.

Le ministère des Tranports n'était pas joignable dans l'immédiat pour un commentaire.

(Myriam Rivet, édité par Juliette Rouillon)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M140210 il y a un mois

    Aéroports rachetés par des boites détenues par l'Etat, ça c'est de la privatisation. Plutôt une pyramide de Ponzi à l'égard des contribuables.

Partenaires Taux