La prise en charge des troubles du sommeil

le
0
Selon l'Institut National du Sommeil et de la Vigilance, près d'un Français sur deux souffre de troubles du sommeil. La prise en charge dépend du praticien consulté et des garanties proposées par les complémentaires santé.
Les manifestations des troubles du sommeil

Les troubles du sommeil se caractérisent par des difficultés à s'endormir ou à se réveiller. Dans le premier cas, il est question d'insomnie alors que dans le second cas, on parle de narcolepsie.

L'apnée du sommeil constitue un autre trouble: le dormeur subit de courts arrêts respiratoires qui diminuent la qualité du repos nocturne.

Liées à des carences en fer ou à une tendance à l'épilepsie, les impatiences dans les jambes troublent aussi le sommeil en augmentant la durée nécessaire pour s'endormir.

Chaque année, en mars, la Journée du Sommeil présente des actions de sensibilisation aux troubles du sommeil dans une quarantaine de villes françaises.

Le remboursement des soins traditionnels

Si vous souffrez de troubles du sommeil, vous devez consulter votre médecin traitant pour rester dans le parcours de soins coordonné. Il vous assure le meilleur taux de remboursement par l'Assurance Maladie (70% sur les consultations, 65% sur les médicaments) tandis que votre mutuelle ou assurance santé prend en charge le complément.

Prescrites par votre médecin traitant, les consultations de spécialistes bénéficient elles aussi d'un remboursement de sécurité sociale à 70% (sur la base du tarif conventionné).

Lorsque les troubles du sommeil proviennent d'une maladie psychosomatique ou neurologique, votre généraliste peut vous prescrire une cure thermale. L'Assurance Maladie prend en charge 70% du forfait de surveillance médicale et 65% du forfait thermal. Assurez-vous que votre complémentaire rembourse le reste.

La prise en charge en centre du sommeil

L'Hexagone compte 50 centres du sommeil qui sont spécialisés dans l'enregistrement et l'étude des dysfonctionnements du patient souffrant de troubles du sommeil. C'est votre médecin traitant qui en détermine le caractère nécessaire pour vous.

Les centres du sommeil effectuent des actes de polysomnographie (activité du cerveau à l'état endormi), d'endormissement itératif (passages de l'état de veille au sommeil) et de maintien de veille (contrôle de la vigilance).

Prescrits par votre médecin, ces actes sont remboursés à 70% par l'Assurance Maladie et votre mutuelle ou assurance santé couvre le complément.

Médecines douces: quel remboursement?

De l'homéopathie à l'acupuncture, en passant par la phytothérapie, nombreuses sont les médecines alternatives qui soulagent efficacement les troubles du sommeil. Pour faire l'impasse sur les somnifères, la sophrologie est également conseillée (technique de relaxation par la respiration). Comment bien dormir? Ce traitement de l'insomnie favorise l'apprentissage des réflexes appropriés.

Seul hic des médecines douces: elles ne sont guère remboursées par l'Assurance Maladie et donc, leur prise en charge partielle concerne uniquement l'homéopathie et l'acupuncture. Du côté des complémentaires, ce sont les contrats aux garanties renforcées sur les frais médicaux qui remboursent les médecines douces.

Si votre assurance ou votre mutuelle santé plafonne le remboursement de certains soins (tarif maximum, quota annuel de séances), elle doit l'indiquer clairement dans le contrat.

Sur toutes ces questions, interrogez votre courtier en assurance santé. Il vous guidera dans les options de remboursement, prévues par les différentes formules des contrats d'assurance complémentaire santé.

» Trouvez une mutuelle spécialisée dans le remboursement des médecines douces grâce à la sélection de CPLUSSUR. com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant