La prime exceptionnelle de Bercy pose question

le
0
L'annonce de François Baroin d'une prime «d'au moins 1000 euros» pour les salariés des sociétés versant des dividendes étonne. Les modalités du dispositif ainsi que son caractère obligatoire doivent encore être définies.

Après un samedi de grève, les salariés de Carrefour reviennent ce mercredi sur la table des négociations pour tenter d'obtenir une hausse plus importante de leurs salaires, et manifester leur opposition à un projet de scission qui rapportera selon eux, plus de 6 milliards d'euros de dividendes aux actionnaires.

Dans ce contexte, les déclarations ce mercredi du ministre du budget François Baroin ne pouvaient tomber mieux pour appuyer les revendications des salariés du groupe de grande distribution. Rebondissant sur les propos du président de la République du 11 avril, évoquant la mise en place d'un lien mécanique entre salaires et dividendes, François Baroin confirme ce mercredi qu'un dispositif est actuellement à l'étude pour pousser les entreprises qui servent des dividendes à leurs actionnaires, à verser également une prime «exceptionnelle» à leurs salariés.

Un système plus souple que la participation ou l'intéressement

Si les modalités exactes de la mise e...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant