La prime embauche PME : une solution d'avenir ?

le
2

Nouveau dispositif visant à réduire les chiffres du chômage, la prime embauche PME est-elle une solution d’avenir ou un remède temporaire à un mal qui persiste ?

Une prime pour booster l'emploi des jeunes
Une prime pour booster l'emploi des jeunes

Une prime de 4 000 € par salarié

La prime d’embauche PME est un dispositif d’aide à l’embauche réservé aux entreprises françaises de moins de 250 salariés. Lancée par François Hollande en janvier 2016, la prime est versée aux petites et moyennes entreprises qui embauchent un salarié en CDI, signent un contrat de professionnalisation ou un CDD d’au moins six mois, pour un salaire mensuel au maximum égal à 1,3 fois le SMIC. Le montant de la prime est de 500 €, elle est trimestrielle et versée pendant deux ans, ce qui représente une aide totale de 4 000 € par salarié.

Une prime qui profite aux jeunes

Selon les données du ministère du Travail, 600 000 demandes de prime d’aide à l’embauche ont été déposées entre janvier et août 2016. Les secteurs de l’hôtellerie-restauration et du commerce sont les plus demandeurs. Les embauches concernent majoritairement la catégorie d’âge 26-44 ans (pour 48% des contrats) et les jeunes de moins de 26 ans (35%). Le dispositif semble donc bénéficier aux jeunes.
Néanmoins, il faut relever ce bémol : la restauration et le commerce sont deux secteurs qui embauchent habituellement en CDD et pratiquent la rotation de l’emploi. On peut donc se demander si les embauches sont dues à la prime ou si elles sont le fruit d’habitudes déjà ancrées chez les acteurs du marché, accentuées par une reprise économique timide, mais réelle.

Et après 2016 ?

Le gouvernement espère que les embauches vont se poursuivre jusqu’à la fin de l’année 2016. Dans ce cas, les recrutements liés à la prime pourraient atteindre le chiffre d’1 million CDI, CDD, temps pleins et temps partiels confondus. Si on soustrait à ce chiffre les fins de contrat qui auront lieu pendant l’année, on arrive à une création de 60 000 emplois. Mais comme le président François Hollande a annoncé la prolongation de la mesure en 2017, il est possible que certaines entreprises renoncent à embaucher cette année, ce qui remettrait en cause cette estimation.
En parallèle, le président François Hollande a lancé un plan de formation visant à proposer 500 000 formations et stages supplémentaires aux chômeurs en 2016. Les régions sont invitées à maintenir leurs offres déjà en place, mais l’État met en plus la main à la poche pour proposer des formations supplémentaires, à hauteur d’un milliard d’euros. Les partenaires sociaux du Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels devraient ajouter entre 110 et 130 millions d'euros. Espérons que cet effort conjugué permettra une meilleure insertion professionnelle sur un marché du travail toujours plus âpre.

Trucs et astuces

Les PME peuvent faire leur demande de prime à l’embauche en téléchargeant en ligne un certificat de demande de prise en charge.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ericlyon il y a 3 mois

    Contrairement à ce que l'état socialiste croit, trop taxer ne rapporte rien bien au contraire. Au mieux ça empêche l'investissement et la création d'emploi au pire ça pousse les entreprises à la faillite et détruit des emplois.

  • ericlyon il y a 3 mois

    Il faut surtout arrêter avec les aides et les primes qui de plus sont financées par un état qui a plus de 2000 milliards de dettes. Il faut tout simplement cesser de taxer autant le travail et cesser également de rajouter sans arrêt des contraintes aux entreprises.