La prime d'activité, ou comment s'assurer que le travail paie

le
4
Manuel Valls présente sa prime d'activité mardi en fin d'après-midi.
Manuel Valls présente sa prime d'activité mardi en fin d'après-midi.

Manuel Valls joue sur deux tableaux, mardi, avec la présentation de sa nouvelle prime d'activité. D'un côté, il amadoue sa majorité en dévoilant les détails d'une mesure phare de son "plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale". De l'autre, il répond aux exigences de réformes de Bruxelles, en augmentant les incitations au retour à l'emploi. Et tout ça en respectant une des promesses faites dans le cadre du volet solidarité du pacte de responsabilité de François Hollande. La prime d'activité est en effet censée remplacer la baisse de charge salariale promise aux travailleurs modestes censurée par le Conseil constitutionnel. Technique, la réforme de la prime d'activité a en revanche l'inconvénient d'être peu lisible pour le grand public. Elle n'en est pas moins importante. De quoi s'agit-il ? De fusionner et simplifier des aides existantes aux personnes touchant un revenu modeste : la prime pour l'emploi (PPE) et le Revenu de solidarité active (RSA-activité). De l'inefficacité de la PPE et du RSA Instaurés respectivement par Lionel Jospin et Nicolas Sarkozy, ces deux dispositifs souffrent de travers bien français. Censée inciter au retour à l'emploi, la PPE ne permet pas de sentir tout de suite l'effet bénéfique d'un retour à l'emploi sur son revenu. Et pour cause, en tant que crédit d'impôt, elle est versée avec un an de retard, en une seule fois et pour des montants moyens assez faibles, l'équivalent de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le mardi 3 mar 2015 à 14:07

    Avec de l'argent qu'il n'a pas. Le tonneau des danaïdes n'a jamais été rempli.!!!!!!.

  • lhonderm le mardi 3 mar 2015 à 14:04

    Lorant : Les charges sont déjà très fortement baissées sur les bas salaires, ce qui fait qu'augmenter un smicard de 10 euros coute plusieurs centaines d'euros à l'employeur... Il faut baisser les dépenses plutôt que les charges.

  • lorant21 le mardi 3 mar 2015 à 13:53

    Il suffit de baisser les charges sur les bas salaires...

  • d.e.s.t. le mardi 3 mar 2015 à 13:42

    Bientôt, la France sera coupée en trois catégories, deux privilégiées, les chômeurs et les fonctionnaires, et une troisième qui bosse pour les autres, les salariés du privé hyper-taxés!