La primaire PS bloquée dans son élan 

le
0
Les socialistes sont en suspens face aux incertitudes sur le rôle de Dominique Strauss-Kahn en 2012.

Faux départ. À peine lancés dans la campagne de la primaire, les candidats à l'investiture du PS pour l'élection présidentielle de 2012 doivent encore revoir leur stratégie. Jusqu'à l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn le 14 mai, il s'agissait de se positionner en fonction de l'hypothèse de sa démission du FMI et de son retour en France. Après sa mise hors-jeu, le paysage semblait dégagé pour un affrontement à trois entre François Hollande, Martine Aubry et Ségolène Royal. Désormais, il faut à nouveau compter avec l'hypothèse du retour, sinon d'un DSK candidat à la primaire, au moins de sa parole dans le débat.

En attendant, les candidats temporisent. Sans mettre leur campagne entre parenthèses, François Hollande, Martine Aubry et Ségolène Royal ont fait assaut de fair-play en se disant prêts à accepter une modification éventuelle du calendrier de dépôt des candidatures. «Admettons même que Dominique décide de revenir parmi nous, personne n'osera lui

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant