La primaire fait toujours débat dans la majorité

le
0
François Fillon a ouvert la voie, la semaine dernière, en la qualifiant la primaire de «processus moderne, qui convient à droite comme à gauche, pour toutes les grandes élections».

Ce qui est bon pour la gauche peut-il l'être pour la droite? Excommuniée par Nicolas Sarkozy, mardi matin, pour cause d'incompatibilité avec la vision gaulliste des institutions, la primaire garde des adeptes dans la majorité. François Fillon avait montré la voie, la semaine dernière, en la qualifiant de «processus moderne, qui convient à droite comme à gauche, pour toutes les grandes élections». Le premier ministre parlait de l'après-2012, comme Jean-François Copé dimanche soir, quand il a concédé sur France 2 que sa famille politique se plierait vraisemblablement à l'exercice pour choisir son candidat en 2017.

Mais, depuis, le secrétaire général de l'UMP a changé d'avis. Lors de la réunion du groupe à l'Assemblée, mardi, il a expliqué qu'à force d'approuver la primaire les responsables de la droite allaient s'entendre dire: «Si vous êtes pour, faites-le dès 2012!» Son entourage en a rajouté contre François Fillon, soulignant que le chef du gouvernement

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant