La preuve par pack de 6

le
0
La preuve par pack de 6
La preuve par pack de 6

Aux États-Unis, des amateurs de soccer en ont marre de se sentir seuls à vivre leur passion, alors ils payent des bières à des néophytes pour les mettre devant un match pendant 90 minutes. Présentation du Free Beer Movement.

Marcel Proust a écrit À la recherche du temps perdu, Picasso a peint Guernica, Tchaïkovski a composé Le Lac des cygnes. Daniel Wiersema, lui, a fondé le "Free Beer Movement". De Paris à Moscou en passant par Austin, Texas, le génie n'a pas de frontières. Celui de Dan prend ses racines au sud du Rio Grande, vers Tegucigalpa : " J'ai commencé en 2009, en rentrant du Honduras où j'ai vécu quelque temps. J'ai toujours été fan de foot, mais là-bas, j'ai réalisé la passion que les gens pouvaient mettre dans ce sport. Et je voulais transmettre cette folie aux supporters américains. " Pour cela, il crée le "Mouvement de la bière gratuite", avec pour ambition de " développer le soccer américain, bière par bière ".

La bière est le canal, le football est le message


Le concept est simple : un amateur de football invite un bleu-bite à regarder un match, au stade, au bar ou chez soi, en l'appâtant d'une bonne bière fraîche et, surtout, gratuite : " Nous aimons la bière. Et des millions d'Américains aiment aussi la bière. La seule chose que nous aimons davantage qu'une bière est une bière gratuite. Personne n'a jamais refusé une bière gratuite, même une mauvaise. " Voilà comment, dans son manifeste, le Free Beer Movement se justifie. Un prosélytisme doux comme une belle ambrée : " Parfois, les supporters sont un peu tendus, genre "le football est le meilleur sport du monde et ceux qui ne sont pas d'accord avec moi sont des abrutis". Ici, c'est plutôt "apprécie le match, apprécie la bière, si tu as des questions, pose-les, et si tu deviens fan, excellent"." Et ce qui n'était au départ qu'une " petite blague " a pris de l'ampleur : 10 000 followers sur Twitter, 5 000 fans sur Facebook, la communauté gonfle, Dan n'est plus seul dans son canapé.



Il faut dire que le mouvement accompagne un développement général du football aux États-Unis aussi bien qu'un paquet de cacahuètes sa Pelforth brune : " Je ne vais pas prendre le crédit pour tout le développement du soccer aux États-Unis, ce serait arrogant. Mais le soccer a fait un long chemin. Depuis 1990, les…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant