La pression sur la BCE reste forte malgré le léger rebond du crédit

le
0
    FRANCFORT, 25 février (Reuters) - Le crédit aux entreprises 
en zone euro a légèrement augmenté le mois dernier, selon les 
statistiques publiées jeudi par la Banque centrale européenne 
(BCE), ce qui montre qu'une reprise modérée s'y déroule sans 
pour autant relâcher la pression en faveur de nouvelles mesures 
d'assouplissement. 
    Le crédit aux entreprises a augmenté de 0,6% le mois 
dernier, après une hausse de 0,1% en décembre, prolongeant une 
reprise modeste et irrégulière entamée en 2014. La croissance du 
crédit aux ménages est quant à elle restée stable à 1,4%. 
    Ce timide signe d'amélioration du marché du crédit ne 
devrait pas empêcher la BCE de prévoir de nouvelles mesures de 
soutien à l'économie de la zone euro lors de sa réunion du 10 
mars, sachant que les anticipations d'inflation sont à leur plus 
bas niveau historique et que la croissance mondiale marque le 
pas, notamment dans les pays émergents comme la Chine. 
    La BCE rachète 60 milliards d'euros d'actifs par mois depuis 
mars 2015 dans l'espoir de doper le crédit et de relancer ainsi 
la croissance économique et l'inflation et devrait abaisser 
encore son taux de dépôt lors de sa prochaine réunion. 
    Pourtant, l'inflation en zone euro est en baisse et devrait 
vraisemblablement passer en territoire négatif dans les mois à 
venir, ratant ainsi pour une troisième année d'affilée 
l'objectif que la BCE s'est fixé d'une inflation à un taux 
proche de 2%. 
    "Les chiffres ne sont pas mauvais", note Matthias Thiel, 
économiste chez M.M.Warburg. "Mais pour moi, l'important est que 
l'inflation est trop faible et que les risques qui pèsent sur 
l'économie sont de plus en plus élevés. Ce sont ces éléments qui 
vont peser sur la décision de la BCE le mois prochain." 
    Le taux de croissance de M3, mesure de référence de la masse 
monétaire en circulation dans la zone euro et considéré comme un 
indicateur avancé de l'activité économique, a également rebondi, 
à 5,0% en rythme annuel contre 4,7% en décembre, alors que les 
économistes interrogés par Reuters l'attendaient à 4,7%. 
    La croissance de M3 avait atteint un pic de 5,4% en avril. 
    La BCE devrait revoir en baisse ses prévisions d'inflation 
lors de sa réunion de mars, tout en annonçant une série de 
mesures. 
 
 (Francesco Canepa et Balazs Koranyi, Juliette Rouillon pour le 
service français, édité par Wilfrid Exbrayat) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant