La pression sur Damas au c?ur des tractations diplomatiques

le
0
Moscou rechigne à l'idée d'une résolution «contraignante» que Laurent Fabius, John Kerry et Willam Hague ont exigée lundi à Paris, après avoir été reçus à l'Élysée par François Hollande.

Quel sera le degré de contrainte qui pèsera sur le régime de Damas s'il rechigne à éliminer ses armes chimiques ? Le flou persistait sur cette question cruciale, à l'issue de la rencontre à Paris entre John Kerry, William Hague et Laurent Fabius. Les trois ministres des Affaires étrangères, après avoir été reçus à l'Élysée par François Hollande, ont tenu une conférence de presse au Quai d'Orsay lors de laquelle ils ont insisté sur la nécessité de traduire par une résolution «forte et contraignante» à l'ONU l'accord russo-américain intervenu samedi à Genève sur le démantèlement de l'arsenal chimique syrien. Face à la presse, John Kerry a réaffirmé à Paris, comme il l'avait fait à samedi à Genève, que Moscou consentait à ce que la future résolution soit placée sous le chapitre V...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant