La pression internationale sur Bachar el-Assad s'intensifie

le
0
Deux jours après le bombardement sur la capitale ayant fait plusieurs centaines de morts, des opposants affirment être parvenus à faire sortir de Syrie des échantillons prélevés sur les victimes, afin qu'ils soient analysés à l'étranger par des experts.

Malgré les démentis virulents de Damas et de son protecteur russe, qui continuent à incriminer l'opposition, les faits et les analyses désignent chaque jour un peu plus le régime syrien. Le Royaume-Uni a accusé vendredi les forces loyales à Bachar el-Assad d'être responsables des attaques à l'arme chimique perpétrées mercredi matin dans la banlieue de Damas. «Nous pensons que c'est une attaque chimique du régime d'Assad de grande ampleur», a déclaré William Hague, le chef de la diplomatie britannique.

Deux jours après les faits, les soupçons très forts de la communauté internationale n'ont cependant toujours pas pu être confirmés par les inspecteurs de l'ONU, arrivés dimanche dernier pour enquêter sur des...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant