La presse française se lâche

le
0
La presse française se lâche
La presse française se lâche

L'heure des superlatifs. Frustrés de voir les équipes nationales tricolores moribondes depuis plusieurs années, les quotidiens français s'en sont donnés à c?ur joie ce dimanche au lendemain de la victoire des Bleuets en finale de la Coupe du Monde U20. « Historique », titre ainsi Le Parisien dans son édition de dimanche. Le quotidien francilien rappelle qu'il y a quinze ans, presque jour pour jour, les Bleus remportaient la Coupe du Monde 1998 à domicile. Une simple coïncidence ? Le journaliste va même plus loin et promet un avenir radieux à cette sélection. « Le football français s'est donc découvert de nouveaux héros qui lui permettent de croire en un avenir enchanteur », explique-t-il. Des mots qui sont repris en c?ur dans les autres quotidiens. L'Equipe notamment qui titre « Arrivés au sommet » et évoque le rôle décisif d'Alphonse Aréola lors de la séance des tirs au but. « Alphonse Aréola a fait des miracles? Déjà décisif contre le Ghana (2-1), le Parisien aura été le Français de la finale. »

La prestation de Paul Pogba saluée en Italie

Autre joueur à attirer les louanges pour l'ensemble de son ?uvre : Paul Pogba. Le milieu de terrain des Bleuets et capitaine de la sélection a été élu meilleur joueur de la compétition. Une distinction justifiée pour le joueur de la Juventus Turin. Les quotidiens italiens ont d'ailleurs salué sa performance. La dernière fois que la Gazzetta dello Sport avait qualifié le Français de « Fantastico », c'était lors de son but fantastique face à Udinese en janvier dernier en Serie A. La presse française n'est pas en reste et y va de ses superlatifs. « Les Bleuets ont pu aussi compter sur l'énorme abattage de Pogba, bien décidé à laisser son empreinte sur cette finale et plus encore sur la compétition dont il a été désigné meilleur joueur, explique un journaliste de L'Equipe.fr. Le capitaine tricolore, d'une aisance technique bluffante, a régné dans l'entrejeu? » La presse uruguayenne est forcément plus mesurée et regrette que cette finale se soit jouée sur un coup de dés.

L'Espagne ironise sur le titre des Bleuets

« Un samedi gris pour l'Uruguay », titre Espectador, « Champions dans l'envie », ose El Pais en expliquant que le titre aurait dû revenir à la Celeste sans un manque de chance flagrant devant le but. Pour être franc, sur cette finale, ils n'ont pas forcément tort car les meilleures occasions ont été uruguayennes si l'on met de côté celle de Veretout à cinq minutes de la fin du temps règlementaire. En Espagne, les unes sont plus nuancées. Favori pour le titre final, la sélection espagnole a été éliminée par l'Uruguay en quarts de finale. Dès lors, la compétition a quasiment disparu dans les médias locaux. Tout juste peut-on trouver un encart en page 22 de Sport qui ironise sur la victoire des Bleuets : « La France ne pouvait battre l'Uruguay qu'aux tirs au but ». Marca ne dédie qu'un minuscule article en page 16 lorsque l'on aborde le FC Séville. A côté d'un encart destiné à évoquer l'envie de Kevin Gameiro de rejoindre le club sévillan, c'est Geoffrey Kondogbia qui est à l'honneur. Le quotidien espagnol évoque le rôle prépondérant du joueur dans le parcours des Bleuets. Et lui souhaite de bonnes vacances. Pas rancunier.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant