La presse française, même de droite, salue le sacre de Hollande

le
0
La presse française, même de droite, salue le sacre de Hollande
La presse française, même de droite, salue le sacre de Hollande

PARIS (Reuters) - Toute la presse française, même celle de droite, salue le changement symbolisé par la victoire du socialiste François Hollande à l'élection présidentielle en France dimanche.

Le quotidien conservateur Le Figaro, qui a ardemment soutenu pendant la campagne électorale le président sortant Nicolas Sarkozy, se montre bon perdant face au retour de la gauche au pouvoir, 17 ans après la fin du mandat de François Mitterrand.

"Les Français ont choisi. M. François Hollande est devenu hier soir le deuxième président socialiste de la Ve République", écrit son directeur de la rédaction, Etienne Mougeotte.

"Désormais, il est donc le président de tous les Français. Ainsi le veut la démocratie. Nous saluons cette élection comme l'expression de la volonté majoritaire. Bienvenue, donc, Monsieur le Président".

Le site internet d'information Atlantico, lui aussi classé à droite, y va également de ses encouragements en postant sur sa page d'accueil une chronique titrée : "Bonne chance, M. le président !"

Le site Mediapart, qualifié d'"officine" par le camp de Nicolas Sarkozy pour sa détermination à disséquer les affaires auxquelles le nom du président sortant est associé, ne cache pas son soulagement de voir le candidat de l'UMP quitter l'Elysée.

"Enfin libérés !", écrit-il. "La défaite du sarkozysme vient libérer le pays de ses dérives populistes et xénophobes".

Même ordre d'idées, mais en plus sobre, pour le site Rue89, qui titre : "Hollande président, Ciao Sarko !"

"ENFIN"

Libération salue sobrement le triomphe annoncé de son champion avec une référence à la "normalité" revendiquée par le candidat socialiste tout au long de sa campagne.

"Normal !", s'exclame "Libé", qui a choisi en "une" la photo d'un François Hollande calme et souriant qui tend les paumes de ses mains vers ses partisans pour partager son bonheur.

"La joie. La joie immense. Celle de voir une parenthèse se refermer, une malédiction se dissiper", écrit Nicolas Demorand dans un éditorial intitulé "Enfin".

"Et de quelle manière !", poursuit l'éditorialiste et directeur du quotidien de gauche. "François Mitterrand n'aura pas été une anomalie de l'histoire mais le premier président de gauche. Il y en a désormais un deuxième : François Hollande".

Le quotidien fait le récit d'une soirée de liesse à travers le pays.

"Coupes à champagne en plastique, scènes de joie, embrassades : bien avant 20 heures, la foule s'était massée place de la Bastille, à Paris, devant le siège du Parti socialiste, dans les rues... Et ce fut pareil à Lyon, à Marseille, à Lille, partout en France", écrit Libération sur son site internet.

ÉPREUVE DU POUVOIR

Mais la fête ne dure qu'un temps et l'état de grâce sera de courte durée pour le nouveau président qui a tout à prouver, comme le rappelle le quotidien économique Les Echos en titrant : "François Hollande à l'épreuve du pouvoir."

"Croissance, compétitivité, mur de la dette, chômage... Les défis de la nouvelle présidence sont nombreux", souligne la "une" des Echos. "La négociation d'un nouveau pacte de croissance européen constituera un premier test sur la scène internationale".

Plusieurs journaux ont une pensée pour Nicolas Sarkozy, notamment le Figaro qui salue les "réformes capitales" menées par le président sortant et estime qu'il a "tenu fièrement la place de la France à l'international et joué un rôle décisif dans le sauvetage de l'Europe et de l'euro".

"C'est désormais Hollande qui va conduire la France et les Français à travers les récifs périlleux d'un monde dangereux et d'une Europe chahutée par la crise et les marchés", écrit Etienne Mougeotte.

Patrick Vignal, édité par Yves Clarisse et Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant