La presse divisée sur la reproduction des dessins sur l'islam

le
8

par Ole Mikkelsen et Michael Holden COPENHAGUE/LONDRES, 8 janvier (Reuters) - De nombreux journaux ont publié jeudi des caricatures de Charlie Hebdo pour marquer leur solidarité avec l'hebdomadaire satirique tout en s'abstenant de diffuser ses dessins les plus provocateurs visant l'islam. C'est avec leurs propres plumes ou crayons que la plupart des quotidiens du continent affichent en une leur compassion pour les douze victimes de l'attaque du journal par deux hommes criant "On a vengé le prophète Mohamed", mercredi à Paris. Ces positions éditoriales mettent en relief les divergences entre rédactions sur la manière de répondre à l'attentat et posent la question de savoir si de nombreux titres pratiquent déjà l'autocensure par peur d'offenser ou par crainte de représailles extrémistes. Connu pour son rejet de toutes les religions, Charlie Hebdo était menacé depuis qu'il avait reproduit en février 2006 douze caricatures sur l'islam, dont des représentations de Mahomet, publiés initialement fin 2005 par le journal danois Jyllands-Posten. Ces dessins avaient déclenché des émeutes dans le monde musulman, qui avaient fait une cinquantaine de morts. La plupart des musulmans jugent blasphématoire le fait de représenter le prophète Mahomet. Au Danemark, quatre journaux ont reproduit des caricatures sur l'islam de l'hebdomadaire français, mais pas le Jyllands-Posten, dont le personnel vit sous protection policière depuis la controverse. En Suède, où le dessinateur Lars Vilks est menacé de mort depuis qu'il a publié en 2007 un dessin représentant Mahomet sous les traits d'un chien, le journal Expressen a republié le dernier tweet de Charlie Hebdo moquant le chef du groupe Etat islamique Abou Bakr al Baghdadi. PROFIL BAS? "Beaucoup en tireront la conclusion évidente qu'il faut garder profil bas, se cacher et éviter de provoquer de fortes émotions", a commenté dans un éditorial le journal danois Berlingske qui a reproduit plusieurs couvertures de Charlie Hebdo. "Mais nous ne devons pas nous dérober car alors nous céderions devant une menace inacceptable contre la culture." Le poète norvégien Haavard Rem a de son côté appelé à republier les caricatures de Charlie Hebdo pour faire perdurer une tradition de la satire ancrée depuis des siècles sur le continent européen. "Nous manquons de vision historique si nous mettons tout bonnement un terme à une fière tradition de critique de la religion et de l'idéologie que nous trouvons aussi dans 'Le Dictateur' de Chaplin ou 'La Vie de Brian' des Monty Python", a-t-il écrit dans le quotidien Aftenposten, qui publie trois dessins de Charlie dans ses pages intérieures. "La Vie de Brian", satire des origines de la chrétienté, avait provoqué des protestations lors de sa sortie en salle en 1975. Au Québec, c'est unanimement que les quotidiens francophones dont le Journal de Montréal, 24 Heures ou Le Devoir, ont décidé de publier une caricature de Mahomet par Charlie Hebdo "afin de démontrer leur appui aux principes fondamentaux de la liberté d'expression". En France même, les journaux ont fait des choix divergents, Le Figaro ne reproduisant aucun dessin, L'Humanité republiant la dernière une de l'hedbomadaire, Le Parisien diffusant également plusieurs caricatures du journal satirique. En Italie, le Corriere della Sera consacre une page à six dessins de Charlie Hebdo. En Espagne, le journal conservateur La Razon reproduit une "une" d'octobre de l'hebdomadaire montrant Mahomet menacé de décapitation par un djihadiste. "VIVE LA LIBERTÉ" En Allemagne, le quotidien à grand tirage Berliner Zeitung republie, sous le titre "Vive la liberté", 18 couvertures de Charlie Hebdo, parmi lesquelles une caricature du prophète Mahomet déclarant: "100 coups de fouet si vous n'êtes pas morts de rire". En Grande-Bretagne en revanche, aucun titre national n'a reproduit de caricatures visant l'islam. "J'ai senti qu'il en était de mon devoir auprès des lecteurs, des morts, du journalisme et aussi de mon personnel", a dit à la BBC Amol Rajan, rédacteur en chef de The Independent à Londres. "Et je pense qu'il aurait été trop risqué de décider unilatéralement en Grande-Bretagne d'être le seul journal à se lancer dans cette publication." Les grands médias américains ont également choisi de ne pas reproduire les dessins controversés, à l'exception du Washington Post qui publie le dessin des cent coups de fouet dans ses pages débat. Le New York Times explique que ses règles déontologiques internes lui interdisent de publier des images qui visent délibérément à froisser des sensibilités religieuses. En Autriche, la première page du Salzburger Nachrichten est une page noire seulement éclairée, en bas à droite, d'une plume et d'un encrier, et sur laquelle est écrit un message à la main: "En tant que caricaturiste, je croyais jusqu'à présent qu'il n'existait pas un sujet qu'on ne puisse dessiner. Je dois avouer que la tragédie qui s'est produite hier à Paris m'a appris le contraire." VOIR AUSSI: - Les grands médias US ne publient pas les caricatures ID:nL6N0UN052 - Les caricaturistes scandinaves craignent la censure ID:nL6N0UN01J (Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jmbuzy le jeudi 8 jan 2015 à 17:54

    C'est le même phénomène qu'en corse ou on dit " il n'y a que quelques tueurs et poseurs de bombes",oui mais il y a des milliers de corses qui n'ont rien vu, rien entendu, qui ne savent rien. Quand on laisse faire sans rien dire, n'est-on pas un peu complice ?

  • M4709037 le jeudi 8 jan 2015 à 17:48

    voir des journaux qui ont la trouille alors que ces mêmes journaux donnent ici ou là des leçons de courage ... aux autres ! pathétique.

  • M8603854 le jeudi 8 jan 2015 à 17:46

    La République a fixé des lois pour la presse. Toute autre censure ou auto-censure renforce les ennemis de la liberté.

  • bsdm le jeudi 8 jan 2015 à 17:42

    Les journalistes font profil bas : la trouille vous dis-je !

  • bsdm le jeudi 8 jan 2015 à 17:41

    On voit bien que les journaux français ne sont pas ,et de loin ,les plus courageux : AUCUn n'a reproduit en premiere page la caricature de charlie hebdo ! Dire " je suis charlie " ne fait pas montre de beaucoup de courage

  • charleco le jeudi 8 jan 2015 à 17:36

    Je maintiens qu'il ne faut pas se tromper d'adversaire.

  • dotcom1 le jeudi 8 jan 2015 à 17:33

    La liberté de moquer ne peut souffrir d'aucune exception dans une démocratie. Ils devront s'habituer, comme les autres caricaturés avant eux.

  • charleco le jeudi 8 jan 2015 à 17:22

    Il ne faut pas se tromper d'adversaire. Les islamistes ne représentent pas l'islam. C'est pour cette raison qu'il vaut mieux éviter de représenter le prophète, il n'y est pour rien.