La présidentielle ukrainienne sans doute impossible dans l'Est

le
0
LE SCRUTIN PRÉSIDENTIEL EN UKRAINE SANS DOUTE IMPOSSIBLE DANS L'EST
LE SCRUTIN PRÉSIDENTIEL EN UKRAINE SANS DOUTE IMPOSSIBLE DANS L'EST

par Sabina Zawadzki et Gareth Jones et Gabriela Baczynska

KIEV/Donetsk Ukraine (Reuters) - L'élection présidentielle prévue dimanche prochain en Ukraine risque de ne pouvoir être organisée dans certaines parties de l'Est aux mains des séparatistes pro-russes, au grand dam du gouvernement, les autorités électorales mandatées par Kiev craignant pour leur sécurité.

Un certain nombre de personnes liées à l'organisation des élections ont été enlevées ou ont fait l'objet de menaces, indiquent les Nations unies, qui disent craindre un exode massif de la population de ces régions.

Dans l'Est, les régions de Donetsk et Louhansk ont voté massivement par référendum il y a une semaine pour leur indépendance, voire leur rattachement à la Russie. En outre, de nombreuses villes du Sud-Est ukrainien sont désormais dirigées par des maires rebelles appuyés par des milices qui se sont emparées des bâtiments officiels et en ont chassé les autorités légales.

Ainsi, à Donetsk, centre de la "République populaire de Donetsk" pro-russe, un des derniers bureaux de vote qui tentait encore dimanche de tout préparer pour le scrutin du 25 mai a dû se résoudre lundi à fermer.

Volodimir Klotski, un des membres de la commission électorale numéro 43, explique avoir pris à regret cette décision avec ses collègues lorsque des "terroristes" ont pris le contrôle d'une autre commission non loin de là.

Les autorités intérimaires pro-occidentales de Kiev, arrivées au pouvoir après le renversement en février du président pro-russe Viktor Ianoukovitch, attendent du scrutin qu'il renforce leur légitimité très contestée dans l'Est et le Sud-Est russophones.

S'exprimant dimanche avant la décision de fermer, Volodimir Klotski a raconté que des hommes qu'il ne connaissait pas s'étaient présentés par deux fois à son bureau ces deux dernières semaines, s'emparant d'ordinateurs et demandant au personnel de s'en aller en proférant des menaces.

PEUR

"Nous ne craignons qu'une chose : l'interférence de ces gens qui ont pris la région par la force, qui ont placé des points de contrôle autour de la ville (...)", a dit Volodimir Klotski dimanche. Nous craignons qu'aujourd'hui, ou demain, ou le jour de l'élection, ils ne viennent et nous empêchent, physiquement, de travailler."

Ces craintes ont été confirmées lundi par le secrétaire général adjoint aux droits de l'homme des Nations unies, Ivan Simonovic.

"Nous avons des informations à propos d'enlèvements d'un certain nombre de présidents et de vice-présidents de commissions électorales, qui ont également été maltraités, avec des conséquences pour un certain nombre d'autres membres des commissions", a déclaré à Reuters Ivan Simonovic de retour de Donetsk.

"Il y a des intimidations", a-t-il dit. Aussi, à côté des problèmes directs de sécurité, il y a aussi des problèmes techniques concernant la tenue des élections."

Il dit avoir senti la "peur" à Donetsk, peur liée à l'insécurité mais aussi à la crainte que les services sociaux ne fonctionnent plus.

"Un grand nombre de gens se préparent à partir, non seulement pour des questions de sécurité mais aussi en raison des perspectives économiques et sociales", affirme-t-il.

Malgré toutes ces difficultés sur le terrain, les autorités de Kiev disent souhaiter que les élections aient lieu.

"Nous réalisons, et nous ne tromperons personne à ce sujet, qu'il sera impossible d'organiser des élections normales dans le territoire immense des régions de Donetsk et Louhansk", a déclaré le ministre de l'Intérieur Arsen Avakov lors d'une conférence de presse lundi.

"Mais les élections auront lieu en Ukraine, quoi qu'il en soit, malgré la volonté des terroristes de les empêcher, même si elles sont perturbées dans plusieurs parties des régions de Donetsk et Louhansk", a-t-il ajouté.

(Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant