La présidentielle serait reportée si un candidat était empêché

le
1
Selon la Constitution, l'élection serait repoussée, au maximum de 35 jours, si l'état de santé d'Eva Joly, hospitalisée dimanche après une chute, l'empêchait durablement de mener sa campagne.

La campagne suspendue? Hospitalisée dimanche soir à la suite d'une chute, Eva Joly devrait ressortir lundi après-midi ou mardi afin de reprendre sa course vers l'Élysée. Toutefois, si la candidate écologiste, créditée d'environ 2% des intentions de vote dans les sondages, ne pouvait reprendre sa campagne pour raisons médicales, l'événement pourrait être lourd de conséquences. Selon l'article 7 de la Constitution, l'empêchement d'un candidat peut en effet entraîner le report de l'élection présidentielle. Un cas de figure qui ne s'est encore jamais produit sous la Ve République.

Lorsqu'un candidat est malade, il doit saisir le Conseil constitutionnel afin de se déclarer «empêché». La haute juridiction détermine alors dans quelle mesure il y a effectivement empêchement.

Deux scénarios sont prévus par la Constitution: un, en cas d'empêchement avant la «date limite du dépôt des présentations de candidatures» au Conseil constitutionnel et un, après. Dans le p

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3435004 le lundi 2 avr 2012 à 17:25

    Il faudrait pas que Cheminade attrape le scarlatine !