«La présidentielle se jouera à droite»

le
0
INTERVIEW - Cofondateur de la Droite populaire, violemment mis en cause le week-end dernier par Harlem Désir, le ministre des Transports répond au PS. Et dévoile quelques-unes des propositions qu'il souhaite voir porter en 2012 par Nicolas Sarkozy. Extraits.

Le Figaro Magazine - Harlem Désir vous a accusé de faire la courte échelle au Front national lors de son discours de clôture de l'université d'été du PS. Que lui répondez-vous?

Thierry Mariani - «Harlem Désir est le même symbole de cette gauche formol, déconnectée des réalités et des aspirations des Français. Ce sont toujours les mêmes procédés, les mêmes outrances, la même volonté de faire resurgir les vieux démons pour nous diaboliser. Cela ne marchera pas. Nous ne tomberons pas dans ce piège qui vise à nous culpabiliser en pratiquant les amalgames. Nous n'avons jamais fait d'alliance avec le Front national et nous n'en ferons pas davantage dans le futur. Contrairement au parti socialiste qui ne se gênera pas en 2012, pour pactiser sans scrupule avec le Parti communiste, qui, au passage ne s'est toujours pas excusé pour les crimes commis par l'Union soviétique, et les Verts de Mme Joly, qui n'ont jamais été aussi rouges. Nous n'avons pas de leçons d

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant