La présidentielle pourrait être repoussée en Haïti

le
0
    PORT-AU-PRINCE, 21 janvier (Reuters) - Le Premier ministre 
haïtien, Evans Paul, s'est dit prêt mercredi à repousser la date 
du second tour de l'élection présidentielle, prévu dimanche, si 
l'opposition s'engage à prendre part au vote à une date 
ultérieure.  
    Le pays des Caraïbes est secoué depuis plusieurs jours par 
des manifestations d'opposants réclamant la suspension de ce 
second tour de scrutin, le candidat de l'opposition Jude 
Célestin ayant promis de boycotter le vote en dénonçant des 
irrégularités lors du premier tour, le 25 octobre dernier.  
    Ce second tour a déjà été repoussé à deux reprises le temps 
d'enquêter sur ces allégations.  
    "Nous sommes au milieu d'une série de négociations", a 
déclaré à Reuters Evans Paul. "Le président (Michel) Martelly et 
moi-même parlons de la possibilité d'envisager un report de 
l'élection de dimanche." 
    "Mais je ne serais pas responsable si je repoussais 
l'élection sine die, en espérant vaguement que M. Célestin 
accepte un jour de changer de position." 
    La Constitution prévoit qu'un nouveau président doit prêter 
serment d'ici au 7 février mais le mandat de cinq ans de Michel 
Martelly n'expire qu'en mai prochain, ce qui laisse une certaine 
flexibilité.  
    Un report du second tour à mars prochain est actuellement en 
discussion mais le gouvernement et l'opposition divergent sur le 
point de savoir si Michel Martelly doit rester en place jusqu'à 
la prestation de serment de son successeur.  
    Les partis d'opposition réclament la mise en place d'un 
gouvernement de transition après le 7 février. 
     
 
 (Joseph Guyler Delva; Jean-Stéphane Brosse pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant