La présidentielle perturbe l'entrée de JP Morgan à Technicolor

le
2

par Julien Ponthus

PARIS (Reuters) - Technicolor a annoncé jeudi l'arrivée à son tour de table de la banque américaine JP Morgan, qui deviendra ainsi son premier actionnaire, une opération lancée en pleine campagne présidentielle et qui a déclenché une intervention controversée du gouvernement.

Le spécialiste des technologies de l'industrie du divertissement espère lever jusqu'à 158 millions d'euros pour réduire sa dette et verra, si l'opération est approuvée par son assemblée générale, JP Morgan monter à hauteur de 25% à 29,96% dans son capital, contre 1% actuellement.

L'annonce, mercredi, de l'entrée d'un investisseur étranger - alors non identifié - comme principal actionnaire de Technicolor a été suivie par un communiqué de Bercy demandant au Fonds stratégique d'investissement (FSI) d'envisager une intervention dans le dossier.

Technicolor a indiqué durant une conférence téléphonique ce jeudi que si le groupe n'avait pas sollicité l'intervention du gouvernement, il n'avait pas non plus été consulté ou averti de l'intention du ministre de l'Industrie Eric Besson de s'emparer du dossier.

"Nous n'avons pas eu de contact avec le FSI. Nous avons lu la déclaration de (Eric) Besson hier mais nous n'avons pas eu de contact", a déclaré le directeur financier du groupe Stéphane Rougeot.

Une source proche du FSI déclarait jeudi matin de son côté que "le FSI investit à la demande ou en accord avec la direction et le projet de l'entreprise".

Stéphane Rougeot a aussi précisé que son entreprise n'était pas menacée de démantèlement et qu'au contraire, l'arrivée de JP Morgan aurait pour conséquence de stabiliser son actionnariat et de conforter sa stratégie de long terme.

Une partie du tour de table de Technicolor est actuellement constituée de fonds d'investissement, comme Apollo avec 8,5%, qui ont échangé de la dette rachetée avec une décote contre du capital de l'entreprise lors de la restructuration de sa dette.

Le risque pour la direction de Technicolor était ainsi de voir ces actionnaires, qui n'ont pas vocation à rester sur la durée, tenter de la contraindre à adopter des stratégies de court terme pour doper un cours de Bourse en berne.

UN CONTEXTE POLITIQUE "TRÈS PARTICULIER"

"La déclaration du ministre de l'Industrie s'inscrit dans un contexte politique et social très particulier. Nous sommes en pleine campagne présidentielle", a commenté une source proche de Technicolor.

Eric Besson a multiplié les interventions sur les dossiers économiques ces derniers mois avec notamment comme ambition de préserver les emplois de la société Néo Sécurité.

Les brevets de Technicolor sont considérés comme l'une des pépites de l'entreprise et leur vente éventuelle à un concurrent étranger est perçu comme un danger par certains observateurs.

Le ministre de l'Industrie a rencontré mercredi après-midi l'intersyndicale du groupe (CFDT, CFE-CGC, CGT, Sud et Unsa) qui a évoqué la situation de l'usine de fabrication de décodeurs d'Angers (Maine-et-Loire), en cours de cession, et la stratégie industrielle.

Les syndicats de Technicolor doivent se réunir dans la journée afin d'analyser l'arrivée de JP Morgan au capital du groupe et les conséquences de l'augmentation de capital.

En Bourse, les investisseurs ont salué l'opération, l'action Technicolor s'adjugeant à 10h30 une hausse de 7,63% à 1,72 euro.

Les analystes de Natixis notent cependant que l'opération n'est pas "structurante" en cela qu'elle ne répond pas à tous les enjeux stratégiques auxquels doit faire face Technicolor comme la nécessité de former un partenariat pour son activité décodeurs ou de gérer le déclin de l'activité DVD.

En outre, Natixis note que la dette du groupe ne sera réduite que de 15%.

Technicolor était endetté fin 2011 à hauteur de 957 millions d'euros, soit 2,7 fois sa capitalisation boursière.

A l'issue de la transaction, la dette nette IFRS pro forma 2011 du groupe sera comprise entre 813 millions d'euros et 823 millions d'euros, et le ratio dette nette/Ebitda pro forma 2011 de Technicolor devrait s'établir à 1,7, contre 2,0 publié à la clôture de l'exercice 2011.

JP Morgan disposera de deux administrateurs au sein d'un conseil d'administration qui comptera en outre six administrateurs indépendants et le directeur général de Technicolor.

L'augmentation de capital sera ouverte du 27 juin 2012 au 3 juillet 2012.

Avec Alexandre Bokenbaum-Granier et Gwénaëlle Barzic, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3748275 le jeudi 3 mai 2012 à 12:24

    mais qu'est-ce que le gouvernement viens faire la dedant ?? decodeurs... DVD... c'est sur qu'il en va de la securite nationale !!

  • willy125 le jeudi 3 mai 2012 à 10:29

    VIVE L AMERIQUEJP Morgan monter à hauteur de 25% à 29,96% dans son capital, contre 1% actuellement.