La présidente du Brésil revient avec humour sur les réseaux sociaux

le
0
La présidente du Brésil revient avec humour sur les réseaux sociaux
La présidente du Brésil revient avec humour sur les réseaux sociaux

La présidente brésilienne, Dilma Rousseff, a réactivé son compte Twitter abandonné depuis la campagne électorale de 2010, pour annoncer l'ouverture de profils sur Facebook et Instagram et défendre sa gestion face aux critiques de la revue The Economist.La chef de l'Etat de 65 ans a rencontré vendredi l'humoriste Jeferson Monteiro, 23 ans, auteur de "Dilma Bolada" (Dilma fâchée), un personnage satirique de la présidente très actif sur Twitter. Pendant la rencontre au siège de la présidence, tous deux ont échangé des messages humoristiques avec leur ordinateur. "Bonjour ma belle, ma merveilleuse, je t'ai toujours lu mais ne me donne pas le bonjour, donne-moi plutôt des résultats", a été le premier twit de la présidente dirigé à son double "Dilma fâchée"."Je reviens (...) car ma place est ici", a assuré la présidente qui n'écrivait plus depuis décembre 2010, à la veille de prendre le pouvoir.A un an de la présidentielle de 2014, Mme Rousseff est décidée à être plus active sur les réseaux sociaux où les jeunes ont convoqué les manifestations massives et historiques de juin pour réclamer la fin de la corruption en politique et l'amélioration des services publics notamment."Je lance le compte sur Instagram (...). Nous allons avoir un profil de la présidence sur Facebook", a écrit Mme Rousseff dont la photo sur Twitter la montre en veste rouge de la couleur de son Parti des Travailleurs (PT, gauche).Le compte "Dilma fâchée" la présente de façon humoristique comme une femme autoritaire et exigeante qui rappelle à l'ordre ses ministres mais qui s'adresse à elle-même avec des mots tendres de "belle et merveilleuse"."On m'a demandé jeudi si @BarackObama s'était mis en colère avec mon discours à l'ONU", a écrit Monteiro en cherchant une réponse de la présidente."Les pays amis ne peuvent vivre dans la méfiance. Il faut une autre attitude ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant