La présidente argentine dit faire l'objet de menaces de l'EI

le
0

ROME, 21 septembre (Reuters) - La présidente argentine Cristina Fernandez a déclaré samedi à l'occasion d'une visite au Vatican faire l'objet de menaces de l'Etat islamique, qui lui reproche son amitié avec le pape François et d'avoir reconnu à la fois Israël et la Palestine. "Les demandes formulées par deux officiers de police sont dues à l'émergence de menaces de l'Etat islamique à mon encontre", a-t-elle déclaré à la presse à l'aéroport romain de Ciampino, après un déjeuner avec le souverain pontife, qui est Argentin lui-aussi. Cristina Fernandez a assuré ne pas tenir compte de ces menaces, sans quoi elle devrait "vivre cachée sous son lit". Le mois dernier, le pape a jugé légitime que la communauté internationale recoure à la force pour enrayer "l'agression injuste" des djihadistes de l'Etat islamique. Leur offensive de juin dans l'ouest et le nord de l'Irak a contraint des milliers de chrétiens et de membres de la communauté yazidie à la fuite. (Eliana Raszewski, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant