La préparation du budget 2014, un gage pour Bruxelles

le
0
Le consensus des économistes table désormais sur une stagnation de la croissance cette année

En France, il n'y a «pas d'austérité», mais une «gestion rigoureuse des finances publiques». Donner à la fois des gages de sérieux à Bruxelles et des signes d'apaisement à certains ministres qui dénoncent l'austérité. Voilà l'exercice d'équilibriste auquel va devoir se livrer le premier ministre, Jean-Marc ­Ayrault, maintenant qu'il est ­officiel qu'en cas de détérioration de la croissance, un pays pourra bénéficier d'un délai pour corriger son déficit excessif, s'il met en œuvre de profondes réformes structurelles.

Alors que Bruxelles rendra sa copie vendredi sur l'état de l'économie française en 2013 - et que le Consensus Forecasts, qui publie chaque mois les prévisions conjoncturelles de 25 banques et instituts publics ou privés, table désormais, en moyenne, sur une stagnation du PIB -, Paris a reconnu la semaine dernière que la croissance ne pourrait pas...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant