La première maison de retraite publique à bas coût voit le jour

Le Figaro le
14
INFOGRAPHIE - Le premier établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes géré par un département, L'Essone, offre des places à 60 euros par jour.

«C'est l'ébauche d'un service public de l'âge.» C'est ce qu'a déclaré Michèle Delaunay, ministre déléguée chargée des Personnes âgées et de l'Autonomie à propos d'un tout nouveau concept de maison de retraite , entièrement gérée par le département de l'Essonne. Situé à proximité de Courcouronnes, l'établissement innovant - qui a tout de même coûté 9,7 millions d'euros au département - est «100% public, de l'acquisition des lieux à la gestion des lieux» a indiqué au ParisienJérôme Guedj, président socialiste du conseil général de l'Essonne. Deux autres établissements du même type sont en construction dans le département, dont un situé à Morangis qui ouvrira ses portes en mai prochain. À Courcouronnes, il faudra attendre 2014 pour que le centre puisse accueillir une soixantaine de résidents.

L'objectif? Anticiper et prévenir la hausse du nombre de personnes âgées en Essonne - et partout en France - tout en proposant des services de qualité à des prix abordables: 60 euros par jour pour une personne âgée dépendante, soit 1 euro en dessous de la moyenne nationale pour l'ensemble des établissements (61 euros à la charge d'une retraitée recevant une pension de 900 euros par mois). La ministre déléguée Michèle Delaunay a récemment déploré l'inaccessibilité des établissements, dont les prix sont bien trop élevés au regard de la pension moyenne des Français. Une opinion partagée par Jérôme Guedj, qui étudie la question depuis 1998. «Lorsqu'elle ouvrira, la maison de retraite de Courcouronnes sera l'établissement neuf le moins cher d'Île-de-France» précise-t-il.

1857 euros mensuels pour une place en maison de retraite

Selon une étude réalisée récemment par le cabinet d'audit KPMG, les prix actuels des places dépendent de plusieurs facteurs essentiels, dont la situation géographique de l'établissement, ainsi que sa taille. Ainsi, les prix des places en Île-de-France sont plus chers qu'en province: 2242 euros mensuels en moyenne en région parisienne contre 1819 euros pour les établissements situés hors Île-de-France, soit une différence de 26%. Une différence qui est étroitement liée au prix de l'immobilier, comme le souligne Loïc Ballet, Associé au cabinet KPMG, qui précise que «25% du coût journalier d'un EHPAD (Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) concerne l'immobilier.»

Maisons de retraites : le coût de la dépendance

Selon l'INSEE, les personnes âgées de plus de 80 ans représenteront 10% de la population française en 2060, contre 4,5% actuellement.

Lire aussi:

» L'immobilier fait flamber les prix des maisons de retraite

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • knbskin le dimanche 24 fév 2013 à 11:49

    .../... établissement privé, qu'il soit "à but lucratif" ou non (les deux existent). Là, on est en train de dépenser de l'argent public en plus dans un domaine où les systèmes privés fonctionnent plutôt bien, en respectant un cahier des charges de service public, et sans garantie de tarifs vraiment avantageux pour le pensionnaire.

  • knbskin le dimanche 24 fév 2013 à 11:46

    Ce rtuc est insoluble : le "low-cost" en maison de retraite n'existe pas. Une maison de retraite emploie en gros 0,5 ETP par pensionnaire, sans compter les soins médicaux, ni les locaux, forcément très spécifiques. Et toutes les maisons de retraite, "publiques" ou "privées" sont subventionnées. Ceci dit, rien ne prouve que l'Etat fasse mieux dans la durée qu'un .../...

  • supersum le dimanche 24 fév 2013 à 09:45

    Retraite du régime général moyen, cotisation maximale, ce qui devient impossible de nos jours, 1100 euros par mois, maison de retraite soit distante Löw cost 1800 euros par mois, on nous prend vraiment pour des kons !

  • frinie1 le dimanche 24 fév 2013 à 08:33

    60 € par jour, soit 1800 € par mois, géré par le département ? Avec le savoir faire du "pblic" nul doute,va devenir un gouffre, noyé dans la masse des budgets.

  • p.leveq3 le samedi 23 fév 2013 à 18:54

    Quel est le débile qui a ecrit cet article, 60 au lieu de 61 € et en plus avec de l'argent public,ou est ce qu'il voit du bas cout. Encore un journaleux du dimanche.Ce pays devient vraiment un pays de Voleurs

  • annelion le samedi 23 fév 2013 à 12:42

    C'est vraiment n'importe quoi.61 euro's par jour n'est pas du low cost, c'est du voleur cost. Et à quoi servent CSG et autres plaisanteries qu'onnous fait payer?

  • bsalducc le samedi 23 fév 2013 à 08:59

    "61 euros à la charge d'une retraitée recevant une pension de 900 euros par mois"N'y a-t-il pas un problème là? 61€ fois 31 jours=1891€Il va falloir qu'elle trouve presque 1000€ par mois cette pauvre retraitée plus les quelques dépenses qui vont rester à sa charge

  • M3154658 le vendredi 22 fév 2013 à 22:36

    cela s'appelle de la distorsion de concurrence. l’État fait concurrence aux établissements qu'il impose ... c'est avec leur argent que l’État se permet d'offrir une prestation de la nature qu'offrent ces m^mes établissements. Quand est-ce que l'on mettra un terme à de telle ineptie ? L'Etat doit aider les plus défavorisés mais pas de ctte manière ! je ne comprends pas que BRUXELLES reste silencieux sur ce sujet ! L'Etat pollueur ....

  • smartel8 le vendredi 22 fév 2013 à 17:58

    A DIJON en 2011 2400 € par mois avec pas ou peu de personnel , le dimanche c'était encore pire et la qualité des soins en dessous de la moyenne .En FRANCE ON "crève très mal"et en plus on nous fait casquer !!!!!!!

  • M3182284 le vendredi 22 fév 2013 à 17:56

    c'est l'avenir de la France: gérontologie , loisirs, et patrimoine. Un pays dont l'avenir est l'exploitation de son passé. Pourvu que le luxe-vanité continue à se vendre aux Parfum de Portugal, Grèce , Egypte (pharaonique) Italie ou Espagne...