La première brique de lait équitable «made in France» en magasin

le
2
Quelque 800 agriculteurs de toute la France ont créé une société de commercialisation pour vendre leur lait sous la marque FaireFrance.

Les éleveurs laitiers ont décidé de prendre leur destin en main. Il lance la première brique de lait équitable «made in France», sous la marque FaireFrance. «Tout a commencé en 2009 lors de la grève du lait, indique Richard Blanc, producteur dans le Nord de l'Hexagone. Nous cherchions un moyen pour vivre de notre métier et récupérer une part de la valeur ajoutée capturée par les industriels et la grande distribution. Nous avons fini par trouver un système qui tienne la route». Les agriculteurs ont décidé d'aller eux - mêmes à la conquête du marché, en s'attaquant à son c½ur: le lait UHT demi écrémé dont il s'en vend 2 milliards de litres par an en France.

Concrètement, les éleveurs se sont regroupés au sein d'une société anonyme simplifiée, la SAS FaireCoopSCA, avec «une éthique de coopérative». Après avoir contacté les laiteries et les distributeurs de la Franceentière, la laiterie de Saint-Denis-de-l'Hôtel dans la région Centre et les enseignes Intermarché et Leclerc ont répondu favorablement. «Ils ont compris notre démarche, explique Richard Blanc qui est aussi président de SAS FaireCoopSCA.

93 centimes la brique

Au prix actuel en rayon - en moyenne 60 centimes le litre - de plus en plus de plus producteurs de lait en France arrêtent le métier. «C'est mathématique, notre prix de revient est de 41 centimes par litre, il faut rajouter 15 centimes pour l'industriel et 6 centimes pour le transport, que reste-t-il pour la grande distribution?, interroge Richard Blanc. Nous avons décidé de commercialiser notre brique à 93 centimes le litre, un prix où tous les acteurs de la filière s'y retrouvent».

Reste à expliquer aux consommateurs une telle différence. «Nous nous chargeons de la communication en allant à la rencontre des clients dans les grandes surfaces. Nous leur expliquons que c'est le prix à payer s'ils veulent garder des producteurs à côté de chez eux», explique Richard Blanc. Un comportement pédagogique qui tranche avec les actions musclées d'agriculteurs dans les grandes surfaces. Cette fois-ci la démarche est responsable. Sur chaque brique de lait FaireFrance vendue en rayon, 10 centimes reviennent à la société. Reste à répartir cette somme globale aux agriculteurs proportionnellement à son investissement initial.

Les agriculteurs ne comptent pas s'arrêter en si bon chemin, ils veulent sortir tous les 6 à 8 mois un nouveau produit lacté sur le marché. «Le prochain sera un lait chocolaté entier, plus onctueux naturellement que le demi écrémé. Nous serons moins cher que les grandes marques», promet Richard Blanc.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • posthit le mardi 2 juil 2013 à 20:13

    encore de la belle m.... 50 % plus cher , faut arreter le délire .

  • faites_c le mardi 2 juil 2013 à 17:42

    Payer un peu plus d'accord mais payer 50% de plus il ne faut peut-être pas pousser. Personnellement, je n'en n'ai rien à faire que le producteur soit à côté de chez moi ou peu plus loin.C'est comme Montebourg qui pense que le français moyen est prêt à payer plus cher ses vêtements ou son électro-ménager s'il est fabriqué en France! Devant la caméra, tout le monde est d'accord mais quand il s'agit d'ouvrir le portefeuille il n'y a plus personne!