La première «autoroute pour abeilles» a été mise en place à Oslo

le
2
La première «autoroute pour abeilles» a été mise en place à Oslo
La première «autoroute pour abeilles» a été mise en place à Oslo

En Norvège, une «autoroute pour abeilles» a été créée dans la ville afin de protéger les butineuses. C'est la première fois dans le monde qu'un tel dispositif est mis en place.

Projet collaboratif

Toits végétalisés, jardins, balcons et cimetières fleuris : de part et d'autre de la ville, cette «autoroute» est en fait un réseau de différentes étapes où les abeilles pourront se réfugier et butiner les fleurs.

Organismes publics, entreprises privées, membres de la société civile sont invités à mettre en ligne, sur le site polli.no, leurs contributions pour étoffer la carte des relais pour abeilles.

Acteurs de la biodiversité

«Les abeilles sont des acteurs de la biodiversité. Leur présence est non seulement indispensable à la production nationale de miel et d’autres produits de l’apiculture mais aussi à la pollinisation et donc à l’agriculture», rappelle le site du Ministère de l'Agriculture en France.

«Les hommes remodèlent constamment l'environnement dans lequel ils vivent pour faire face à leurs besoins, en oubliant parfois que d'autres espèces vivantes y habitent aussi», affirme Agnes Lyche Melvaer, à la tête de Bybi, le groupe environnementaliste qui soutient la protection des abeilles en ville et espère un effet boule de neige.

Une solution locale

Pour Christian Steel du «Réseau norvégien pour la biodiversité», l'initiative est louable mais ne doit pas servir de cache-misère aux autorités norvégiennes, qui soutiennent «l'autoroute pour abeilles» mais continuent à mener en parallèle une politique d'agriculture intensive, néfaste pour les butineuses. «L'agriculture doit beaucoup aux insectes, de la même façon que beaucoup d'insectes ont besoin de l'agriculture pour survivre. C'est de la dépendance mutuelle», rappelle-t-il.

En attendant, les initiateurs de «l'autoroute pour abeilles» espèrent un effet boule de neige. Les solutions locales auront au moins le mérite de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le jeudi 25 juin 2015 à 18:30

    Suite : revenons à 3 MDS d'habitants mondiaux, arrêtons ces cabanes à lapins qui pourrissent la campagne en la supprimant, les abeilles reviendront naturellement. Bon chien un préservatif ça vaut pas des centaines de $, voilà une aide efficace à la population mondiale.....pour quelques centimes. Si les escrologistes étaient honnêtes la seule et unique campagne à faire : c'est la lutte de la surpopulation humaine.

  • frk987 le jeudi 25 juin 2015 à 18:25

    Moi l'anti écolo primaire vous dit que sans les abeilles il n'y aura strictement plus rien à manger, quand on en arrivera là, peut-être qu'on fera une vraie politique écologiste au sens noble du terme et pas cette politique d'escrologistes qui consiste à nier les variations du soleil, un oubli de Dieu le père sans doute !!!!!