La poursuite du rally sera tirée par les marchés émergents

le
0

par Andy Bruce

LONDRES (Reuters) - La poursuite de la hausse des indices actions globaux résultera du dynamisme attendu des marchés émergents alors que les marchés matures marqueront le pas après un début d'année en fanfare, selon une enquête trimestrielle de Reuters publiée jeudi.

Les 380 stratégistes actions interrogés par Reuters au cours des 10 derniers jours sont optimistes après le rebond boursier amorcé fin 2011, une année où les inquiétudes sur la croissance économique mondiale et la crise de la dette souveraine en zone euro avaient lourdement pénalisé cette classe d'actifs.

Les vingt principaux indices boursiers mondiaux, qu'il s'agisse de ceux de pays émergents ou de pays matures, devraient terminer l'année en nette hausse, selon les prévisionnistes, la Russie, l'Inde, le Brésil mais aussi le Japon affichant les plus fortes progressions.

L'accalmie de la crise de la zone euro, favorisée par les injections massives de liquidités de la Banque centrale européenne dans le cadre de ses opérations de refinancement à long terme, a rétabli la confiance des investisseurs et ravivé l'appétit pour le risque.

Par rapport à l'enquête du mois de décembre, les prévisionnistes ont revu à la hausse les perspectives pour l'ensemble des grands indices boursiers mondiaux cette année, à l'exception de l'Australie et de la Chine.

Les stratégistes actions, généralement plutôt optimistes et qui avaient été pris à contre-pied l'année dernière par le décrochage des marchés, se veulent toutefois prudents concernant les marchés matures.

Alors que la plupart des marchés actions européens et nord-américains ont fortement progressé depuis le début de l'année, ils estiment que leur reprise s'essouffle.

"L'idée est que les marchés sont actuellement allés trop loin et qu'il y aura une forme de correction", déclare Philippe Gijsels, responsable de la recherche chez BNP Paribas Fortis Global Markets, à Bruxelles.

"Si, dans le scénario de base, la croissance économique s'améliore au second semestre, les marchés pourront repartir de l'avant."

DÉPART EN FANFARE, ARRIVÉE AU RALENTI

Les actions japonaises sont en tête des performances depuis le début de l'année, avec des gains de près de 20%.

Les prévisionnistes anticipent une poursuite de leur progression bien qu'à un rythme ralenti, l'indice Nikkei étant attendu en hausse de 30% sur l'année, après deux années consécutives d'un repli que le tremblement de terre et le tsunami de mars 2011 avaient contribué à prolonger.

L'indice RTS de la Bourse de Moscou, qui avait perdu un cinquième de sa valeur en 2011, devrait enregistrer la plus forte hausse, avec une progression attendue de 38% portée par la hausse des cours du pétrole.

Celui de la Bourse brésilienne, le Bovespa, lui aussi en baisse de près de 20% en 2011, est attendu en hausse de 32% cette année, ce qui le propulserait à un nouveau plus haut historique.

Les actions allemandes ont enregistré depuis le début de l'année une progression comparable à celle de la Russie, du Brésil ou du Japon. Mais les prévisionnistes n'anticipent pas que l'indice Dax continue sur cette lancée et ils ne le voient pas progresser de plus de 3,6% d'ici la fin 2012.

Les opérations de refinancement à long terme de la BCE en décembre et février, qui se sont traduites par l'injection de plus de 1.000 milliards de liquidités dans le système bancaire européen, ont été le facteur déclenchant de l'envolée du Dax et d'autres marchés boursiers de la zone euro comme Paris ou Milan.

"Dans l'hypothèse d'une récession de l'économie de la zone euro, le potentiel haussier des grands indices boursiers du bloc est limité", prévient Hans-Peter Rathjens, économiste chez Allianz Global Investors.

Les économistes anticipent une contraction de 0,3% du PIB de la zone euro cette année, sous l'effet des mesures d'assainissement des comptes publics pris par de nombreux pays.

Pour les prévisionnistes interrogés par Reuters, une résurgence de la crise de la dette en zone euro constitue l'un des principaux risques cette année, et pourrait faire à nouveau plonger les marchés actions, comme en 2011.

Les marchés américains ont aussi enregistré un net rebond depuis le début de l'année à la faveur du raffermissement de la reprise économique et de l'amélioration du marché du travail outre-Atlantique.

Après une progression de près de 12% du S&P 500 sur les trois premiers mois de l'année, les stratégistes ne s'attendent pas à le voir beaucoup progresser d'ici la fin 2012.

"Tout ce qui a pu être dit sur l'amélioration des perspectives économiques va commencer à se dissiper. On a déjà constaté des pressions sur les consommateurs les moins aisés, les ventes de produits alimentaires par exemple ont été assez faibles", relève Barry Knapp, responsable de la stratégie chez Barclays.

A l'inverse des marchés actions européens et américains qui ont commencé l'année sur les chapeaux de roues mais devraient la terminer au ralenti, les actions chinoises pourraient connaître une embellie dans les mois à venir, estiment les stratégistes interrogés.

L'indice composite de la Bourse de Shanghai, qui ne progresse que de 2,4% depuis le début de l'année, pénalisé par le ralentissement de l'économie chinoise, est attendu en hausse de 21% d'ici la fin de l'année, ce qui porterait sa performance à 24% sur 12 mois.

Marc Joanny pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant