La position des Nations unies sur la Polynésie indigne la France

le
0

PARIS (Reuters) - La France a dénoncé vendredi "une ingérence flagrante" et "une absence complète de respect" pour "les choix démocratiques" des Polynésiens à la suite de l'adoption par l'Assemblée générale de l'Onu d'une résolution plaçant la Polynésie sur la liste des territoires à décoloniser.

La résolution présentée par trois petits Etats du Pacifique (îles Salomon, Nauru, Tuvalu), et défendue par les indépendantistes polynésiens, affirme "le droit inaliénable de la population de la Polynésie française à l'autodétermination et à l'indépendance".

Cette liste inclut notamment la Nouvelle-Calédonie et le Sahara occidental.

"Le 21 avril puis le 5 mai, les électeurs polynésiens (...) ont donné une majorité incontestable aux élus favorables à l'actuel statut d'autonomie", rappelle dans un communiqué le ministère français des Affaires étrangères.

Cette résolution, poursuit-il, "nie de fait la volonté exprimée de manière claire par la population polynésienne au suffrage universel".

Elle est "donc une ingérence flagrante, une absence complète de respect pour les choix démocratiques des Polynésiens, un détournement des objectifs que les Nations unies se sont fixés en matière de décolonisation", estime le Quai d'Orsay.

L'autonomiste Gaston Flosse, hostile à ce texte, a été élu le 5 mai président de la Polynésie française avec plus de 45% des voix face à l'indépendantiste Oscar Temaru (29,26%), qui soutenait la résolution.

Sophie Louet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant