La popularité du président vénézuélien en berne

le
0
    CARACAS, 5 mai (Reuters) - Un Vénézuélien sur quatre 
seulement approuve la politique du président Nicolas Maduro, 
dont l'opposition réclame la révocation sur fond de crise 
économique et pétrolière à l'origine de pénuries d'aliments et 
de médicaments. 
    Les Vénézuéliens souffrent également de coupures régulières 
de l'électricité et de l'eau et doivent faire face aux effets de 
l'inflation galopante. 
    D'après un sondage de l'institut Datanalisis consulté 
mercredi par Reuters, la cote de popularité du successeur de 
Hugo Chavez a chuté à 26,8% en mars contre 33,1% le mois 
précédent. 
    La même étude indique que 68,9% des personnes interrogées se 
disent désormais favorables à une démission du président ou à 
l'organisation d'un référendum de révocation qui mettrait un 
terme prématuré à son mandat, courant théoriquement jusqu'en 
2019. Ils étaient 63,6% de cet avis en février. 
    Dans l'éventualité d'une telle consultation, 57,3% des 
personnes interrogées voteraient pour la révocation de Maduro. 
Ils étaient 52,1% le mois dernier. 
    La Table de l'unité démocratique (MUD), coalition de 
l'opposition majoritaire à l'Assemblé nationale depuis les 
élections législatives de décembre dernier, a annoncé en début 
de semaine avoir remis aux autorités électorales une pétition 
portant les signatures de 1,85 million de Vénézuéliens 
favorables à la tenue d'un référendum de révocation.  
    C'est bien plus que le seuil requis pour engager la 
procédure, qui est fixé à 1% de l'électorat, soit 200.000 
signatures environ. Mais il ne s'agit que d'une première étape 
de la procédure qui prévoit, après validation des signatures par 
l'autorité électorale, le lancement d'un nouvel appel à pétition 
de plus grande ampleur: il faudra alors réunir les signatures de 
20% de l'électorat, soit 4 millions de personnes, avant que le 
référendum ne puisse être organisé. 
    Le gouvernement Maduro accuse de son côté l'opposition de 
vouloir mener un coup d'Etat. 
 
 (Alexandra Ulmer et Brian Ellsworth; Henri-Pierre André pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant