La popularité de l'exécutif repart à la baisse, selon un sondage

le
3

PARIS (Reuters) - Un peu plus d'un mois après les attentats de début janvier à Paris, l'effet unité nationale suscité par ses événements sur la popularité de l'exécutif paraît s'épuiser, selon un sondage BVA pour Orange et iTELE.

Sur 1.084 personnes interrogées les 10 et 11 février, 30% disent avoir une bonne opinion de François Hollande, soit quatre points de moins qu'en janvier. Elles sont en revanche 69% à dire avoir une mauvaise opinion du président de la République (+4).

Le Premier ministre, Manuel Valls, perd pour sa part deux points de popularité, à 42%.

Les sondés sont 73% à estimer que la politique de François Hollande et du gouvernement n'est pas juste (+2 points) et 82% à penser qu'elle n'est pas efficace (+2).

Le maire UMP de Bordeaux et rival de Nicolas Sarkozy pour l'investiture de la droite pour l'élection présidentielle de 2017, Alain Juppé, arrive en tête des personnalités que les sondés souhaitent voire exercer davantage d'influence dans la vie politique française (50%, -2 points).

Nicolas Sarkozy n'arrive qu'en 19e position, avec 23% d'opinions favorables (-3 points), a égalité avec la députée Front national Marion Maréchal-Le Pen.

La première personnalité socialiste est le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, en quatrième position avec 36% d'avis favorables.

Il est suivi par les ministres régaliens Bernard Cazeneuve (Intérieur, 33%), Laurent Fabius (Affaires étrangères, 30%) et Jean-Yves Le Drian (Défense, 29%).

Le président du MoDem, François Bayrou, arrive pour sa part en troisième position (37%) et la présidente du Front national, Marine Le Pen, au dixième rang (28%).

(Emmanuel Jarry)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3088081 le dimanche 15 fév 2015 à 20:05

    Sous le coup de l’émotion, une bonne partie des français ont manqué de discernement et sont tombés dans le piège de l’amalgame soigneusement orchestré par la caste politico-médiatique, unité républicaine, liberté de la presse, terrorisme islamiste, esprit du 11 janvier.Aujourd’hui ils se rendent compte qu’ils ont été bernés alors rien d’étonnant à ce retournement de tendance.

  • janaliz le dimanche 15 fév 2015 à 16:51

    Ecoutez ceux qui tiennent des propos sensés. Bruno Le Maire incarnant parfaitement cette demande. La voix d'élus non soutenus par un parti est très compliquée. Le peuple ne reconnaissant que ceux qui sont sur le devant de la scène. par conséquent choisissons ceux qui mettent en adéquation leurs paroles et leurs actes, et qui ont une réelle appréhension de la situation, et non des dogmatiques qui ne parviendront qu'à une chose, la mise en miette de notre société.

  • M8637171 le dimanche 15 fév 2015 à 14:28

    rene1596. Nul n'est parfait. Le problème est d’être le moins mauvais. Hollande par clientélisme nous entraîne vers la faillite comme la grèce. le FN fera de même avec son national socialisme et surtout pour son noyau dur sa ha-ine de la démocratie et des libertés