La popularité de Hollande peut repartir à la hausse, mais pas tout de suite, selon les sondeurs

le
0

Malgré un niveau record d'impopularité, François Hollande peut regagner les faveurs d'une partie de l'opinion, mais sa capacité à rebondir dépend avant tout d'une amélioration de la situation économique et des chiffres du chômage, pour le moins aléatoire, estiment les responsables des instituts de sondages.

Un an après son élection, le président de la République, dont la cote n'a jamais gravi les sommets (58% de confiance en mai 2012, selon l'institut CSA), atteint les cimes de l'impopularité. Avec 74% de mécontents dans le baromètre Ifop-JDD du 20 avril, il détient le record absolu depuis la création en 1958 de cet indicateur qui le crédite de 25% de satisfaits.

Deux des quatre enquêtes réalisées depuis un mois pour connaître les intentions de vote si la présidentielle avait lieu en ce moment donnent même François Hollande éliminé dès le 1er tour, devancé par Nicolas Sarkozy mais aussi par Marine Le Pen. Un troisième le donne à égalité avec l'ex-candidate du Front national.

Pourtant, "remonter la pente, c'est possible, cela a déjà été fait", assure Emmanuel Rivière, de TNS Sofres. "Il y a des précédents", confirme Gaël Sliman, de BVA.

En 1995, la cote de Jacques Chirac avait dégringolé dans les six mois suivant son élection, tombant à 38% de confiance selon CSA. Mais le président était remonté à 44% en mai 1996. D'après le même institut, Nicolas Sarkozy, lui, était descendu à 38% douze mois après son élection.

A la fin de l'été 2008, Nicolas Sarkozy "était à un niveau pratiquement aussi faible" que celui de François Hollande aujourd'hui, rappelle M. Rivière. Il avait regagné une dizaine de points fin 2008, apparaissant comme un capitaine solide dans la tempête déclenchée par la crise de Lehman Brothers aux Etats-Unis.

Toutefois, à court et moyen terme, affirme M. Rivière, "je n'entrevois pas d'amélioration" car aucune embellie économique n'est attendue, alors même que François Hollande "a fait de la lutte contre le chômage sa bataille principale". En outre, "quelques rendez-vous compliqués" pour l'exécutif vont se présenter, dont une énième réforme des retraites, sujet sensible s'il en est, comme l'ont encore montré les mobilisations massives de 2010.

Frédéric Dabi, de l'Ifop, souligne que la popularité du chef de l'État "est fortement indexée sur la situation économique et sociale". Selon lui, la mauvaise note décernée au président par les Français sanctionne "l'absence de résultats" sur ce plan.

Une inflexion de la courbe du chômage ne suffira pas à redresser la cote présidentielle. Il faudrait "une amélioration durable", estime le sondeur de TNS Sofres.

Frédéric Dabi remarque néanmoins que "les Français ont intériorisé la crise et, surtout, l'absence de marge de manoeuvre pour le pouvoir politique". A l'entendre, "il suffirait" pour que François Hollande retrouve des couleurs, "d'un petit retour à la croissance, et que l'opinion en fasse crédit au président". Mais pour l'heure, les Français "doutent de la capacité présidentielle à faire face à un contexte exceptionnel", celui d'une crise économique durable.

Pour Emmanuel Rivière, la question est plutôt de savoir si François Hollande "peut supporter dans la durée l'impopularité".

Il peut être tenté de "chercher le coup qui va le rendre populaire", peut-être par un changement de gouvernement. Mais il peut tout autant miser sur "une forme de sérénité face à l'adversité" et espérer que "si la situation s'améliore, l'opinion lui saura gré de ne pas avoir paniqué".

Gaël Sliman n'est pas loin de penser la même chose et fait l'hypothèse d'un président raisonnant ainsi : "Au point d'impopularité où je suis, je dois absolument montrer que je suis capable de prendre des mesures très difficiles", mal vues par l'opinion.

Car c'est cette dimension d'homme fort qui manque au capitaine. "Il n'y a pas de hollandophobie", observe M. Sliman. Alors qu'un fort rejet de la personnalité de Nicolas Sarkozy s'exprimait, "François Hollande reste perçu comme sympathique, honnête", voire "sincère, proche des préoccupations des Français", selon les sondeurs. Presque son seul atout.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant