La popularité de François Hollande est en baisse, selon Ifop

le
4
La popularité de François Hollande est en baisse, selon Ifop
La popularité de François Hollande est en baisse, selon Ifop

PARIS (Reuters) - Une majorité de Français (59%) sont satisfaits de l'action de François Hollande, soit une baisse de deux points en un mois, selon le baromètre Ifop pour le Journal du dimanche.

Le pourcentage de mécontents pour le chef de l'Etat monte de 33% à 40%, tandis que celui des personnes qui ne se prononcent pas chute de 6% à 1%.

L'Ifop voit dans la baisse de François Hollande la conséquence de l'inquiétude croissante des Français devant la dégradation de la situation économique et sociale, et peut être un léger effet de l'affaire du tweet de la première dame.

"On retrouve le registre de l'angoisse sociale, estime Frédéric Dabi, directeur adjoint de l'Ifop. Il n'y a pas d'état de grâce. Les Français ont déjà intégré les mauvaises nouvelles."

Concernant l'affaire du tweet rédigé par Valérie Trierweiler, la compagne du chef de l'Etat, pour soutenir le rival de Ségolène Royal, Frédéric Dabi répond dans le JDD : "Un peu petit peu sans doute. Quelques Français nous ont fait des remarques sur ce sujet mais c'est assez limité".

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, qui semble moins exposé que le chef de l'Etat, reste stable pour les opinions positives avec 65% de satisfaits.

En revanche, les mécontents passent de 22% à 29% en un mois, le nombre de sondés qui ne se prononcent pas diminuant de 7 points.

Ce sondage a été réalisé du 14 au 22 juin auprès d'un échantillon de 1.874 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Gérard Bon

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M140210 le dimanche 24 juin 2012 à 09:32

    La fumée commence à se dissiper

  • knbskin le samedi 23 juin 2012 à 22:17

    Et pourtant, pour le moment, les mesures prises sont « populaires » : retraite à 60 ans, allocation de rentrée scolaire, annulation de la « TVA sociale », taxation des « riches », gesticulations internationales sur la relance. Il n’y a que le SMIC qui inquiète … D’ici six mois, on sera passé au plat de résistance : baisse des dépenses publiques et des prestations.

  • cavalair le samedi 23 juin 2012 à 20:45

    Pas dans 2 ans... dans 6 mois. Il est tellement nul ce Fl.amb.y ca creve les yeux.

  • Feradur le samedi 23 juin 2012 à 20:37

    cafcrem il va avoir encore 3526 sondages avant les nouvelles élections présidentielles. Garde de ta matiere grise pour les futures analyses sinon tu ne sauras plus quoi ecrire dans 2 ans.