La pop culture de Séoul effraie Pyongyang

le
0
Depuis le début des années 2000, des DVD des feuilletons et de vidéos clips sud-coréens circulent sous le manteau en Corée du Nord. Le phénomène touche en priorité les couches supérieures de la société et même l'armée.

Séoul

SIYEON se souviendra toujours de son premier «french kiss». Barricadée avec son mari et cinq voisins dans une petite pièce, rideaux tirés, cernée d'appartements peuplés de cadres du Parti des travailleurs nord-coréens, elle découvre, effarée, la scène dans un feuilleton sud-coréen de contrebande. «Voilà la turpitude des capitalistes!, avons-nous dit en riant», se souvient cette mère de trois enfants, aujourd'hui réfugiée à Séoul, au sud du rideau de fer. À l'époque, le moindre baiser à l'écran semblait torride, en contraste avec les pudiques feuilletons à la gloire de la révolution produits par la propagande de Pyongyang. «On faisait mine de détourner les yeux, mais j'étais frappée par la franchise des histoires d'amour du Sud», se rappelle Siyeon, qui a changé de nom à son arrivée à Séoul, en 2007.

Son mari vitrier avait trop bien prospéré dans la petite ville d'Onsung, dans la province de l'Hamgyeong du Nord, en important des produits de

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant