La pomme française plus rare et plus chère

le
0
Confrontés à la concurrence croissante de la Pologne ou de l'hémisphère Sud, les producteurs hexagonaux espèrent une saison 2010-2011 correcte.

Les années passent et ne se ressemblent pas. Les producteurs de pommes de l'Hexagone sont bien contents de le vérifier, au moment où débute la saison du fruit préféré des Français. «Alors que l'an dernier, la pomme traversait une crise sans précédent, nous sommes nettement plus confiants», se félicite Daniel Sauvaitre, arboriculteur en Charente et président de l'Association nationale pommes poires (ANPP, qui regroupe les deux tiers de la production française).

Plusieurs raisons expliquent ce regain d'optimiste avant même la fin de la cueillette, fin octobre. Tout d'abord, «les premières estimations montrent que la production est en baisse d'au moins 5 % à près de 1,55 million de tonnes , explique Daniel Sauvaitre. Du coup, l'offre est équilibrée par rapport à la demande et nous pensons pouvoir dépasser nos prix de revient.» Rien à voir avec 2009, où la surproduction record de 1,65 million de tonnes avait provoqué une chute des cours, obligeant les agricul

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant