La Pologne ordonne une enquête sur les prêts en francs suisses

le
2

* Plus d'un demi-million de Polonais ont des prêts en francs * La banque centrale appelle à des mesures "exceptionnelles" * Le gouvernement pressé d'agir en vue des élections législatives par Marcin Goclowski VARSOVIE, 20 janvier (Reuters) - Le gouvernement polonais a ordonné mardi une enquête auprès des banques locales ayant offert des prêts hypothécaires en franc suisse, une pratique qui a mis 550.000 Polonais à la merci des marchés depuis l'envolée du franc la semaine dernière. De leur côté, les dirigeants des grandes banques du pays rencontraient le ministre des Finances, les autorités de régulation et le gouverneur de la banque centrale, Marek Belka, au lendemain d'un appel de ce dernier à prendre des mesures "exceptionnelles" et à procéder à une éventuelle baisse des taux hypothécaires pour venir en aide aux souscripteurs. De nombreux acquéreurs de logements en Europe centrale et orientale ont souscrit des emprunts hypothécaires libellés en francs au début des années 2000. En dépit des avertissements de certains économistes sur le niveau de risque, ils ont préféré opter pour des emprunts en franc, à faible taux, plutôt que des emprunts en zlotys, dont les taux étaient supérieurs à 10%. Mais avec un franc en hausse d'environ 20% par rapport au zloty depuis la semaine dernière CHFPLN= , ces emprunteurs se retrouvent désormais face à des échéances beaucoup plus lourdes. Selon le communiqué du gouvernement publié mardi, l'enquête devra vérifier que les activités des banques "n'affectent pas les intérêts légitimes des consommateurs-emprunteurs". Le montant total des emprunts immobiliers souscrits en franc par des Polonais s'élevait à environ 31 milliards d'euros fin novembre, l'équivalent de près de 8% du PIB du pays. Or le franc a bondi à 4,30 zlotys, contre 3,60 la semaine dernière, suite à la décision de la Banque nationale suisse d'abandonner son cours plancher vis-à-vis de l'euro, plaçant gouvernement en position d'agir rapidement pour limiter la casse à quelques mois des élections législatives d'octobre. La Plateforme civique (PO), le parti de centre-droit au pouvoir, est au coude-à-coude avec le premier parti d'opposition Droit et Justice (PiS, droite), selon un sondage publié mardi. "Je sais que certaines banques travaillent (dessus) et que dans les prochaines semaines elles vont proposer, probablement, de garder les taux de décembre (pendant quelque temps)", a déclaré Krzysztof Pietraszkiewicz, président de l'Association des banques polonaises, à la radio privée TOK FM. Belka a fait savoir qu'il voulait que les banques portent une partie du fardeau et Jacek Bartkiewicz, membre du conseil de la banque centrale, a suggéré que les banques aident les ménages dont les échéances dépassent 40% de leurs salaires mensuels. Les régulateurs et la banque centrale insistent sur le fait que le niveau actuel du franc n'est pas un risque pour les banques polonaises, qui sont parmi les plus solides en Europe. Mais selon une étude de la banque centrale, si le franc atteignait 5,19 zlotys, cela poserait des problèmes au secteur en raison du nombre important de ménages qui ne seraient plus en mesure de rembourser leurs prêts, contractés alors que le franc était juste au-dessus de 3 zlotys ou même autour de 2 zlotys. La Serbie a également réagi mardi avec le ministre des Finances, Dusan Vujovic, qui a dit envisager des moyens d'aider les souscripteurs d'emprunts immobiliers en franc, éventuellement en allongeant les durées des prêts. Quelque 22.000 ménages seraient concernés. (Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le mardi 20 jan 2015 à 16:47

    Encore des aveugles qui ont cru aux bonnes paroles des banksters.

  • M6437502 le mardi 20 jan 2015 à 16:36

    On ne peut gagner sur tous les tableaux.Quand tout va bien on regarde les autres de haut,comme des demeurés ! Mais ensuite on veut leur faire payer la note. C'est pareil en France avec les municipalités.

Partenaires Taux