La Pologne dans la douleur

le
0
La Pologne dans la douleur
La Pologne dans la douleur

Pas de changement dans le classement du groupe C avec la victoire de l'Allemagne, mais un succès bienvenu des Polonais, deuxièmes et donc qualifiés : malgré une première mi-temps où ils ont souffert, Lewandowski et compagnie ont encore montré qu'ils savaient gagner.

Ukraine 0-1 Pologne

But : Błaszczykowski (54e) pour la Pologne

Six matchs qu'il n'a pas marqué pour son pays. Pour la majorité des joueurs, c'est tout sauf une anomalie. Pas pour Robert Lewandowski. Alors, quand on l'interroge sur son inefficacité, l'attaquant du Bayern Munich se justifie avec un seul terme : le collectif. Or, s'il ne fait plus trembler les filets, Lewandowski vise juste avec ses paroles. Qu'importe sa grosse action loupée dès la quatrième minute, Robert travaille pour les autres. Et ça marche : une nouvelle fois, le buteur a couru, proposé, sué pour son peuple avant de voir un de ses amis concrétiser. À l'image de son équipe, qui a raté sa première mi-temps, il joue pour un groupe qui sait souffrir, mais qui gagne à la fin. Un but en seconde période ont suffi au bonheur de l'avant-centre et à toute sa sélection, même si l'Allemagne l'a emporté dans l'autre match du groupe et conserve donc sa place de leader. Lewandowski et sa troupe, deuxième, poursuivent tranquillement leur aventure. Sans égocentrisme mal placé.

Un match pour du beurre


Une fois les incidents entre supporters à proximité du stade Vélodrome passés, les hymnes chantés et les mains serrés, la partie pouvait commencer. À mille à l'heure. Est-ce l'absence d'enjeu qui libère les Ukrainiens, déjà éliminés, en même temps que les espaces ? Toujours est-t-il que le début de rencontre ne ressemble pas vraiment à ce qu'on a pour le moment observé lors de cet Euro. Pas de calculs, du jeu vers l'avant, des situations dangereuses toutes les cinq minutes, des portiers sollicités… Et si cet Ukraine-Pologne était moins bidon que certains l'avait annoncé ? On a en tout cas rarement vu les Jaunes aussi portés vers l'offensive, même si leur défense est loin d'être rassurante. Reste que le dernier geste manque de précision. Par deux fois, Yarmolenko foire l'ouverture du score et imite les compères Lewandowski/Milik, eux aussi malheureux devant le but. La star de Munich, malgré une grosse présence, ne parvient pas à remplir sa mission première : marquer. Ce qui serait pourtant une bonne idée, tant ses potes galèrent en défense et échappent de peu au péno. Surtout que plus au Nord,…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant