La pollution londonienne pourrait jouer des tours aux athlètes

le
0
La pollution peut devenir un problème majeur des Jeux Olympiques de Londres
La pollution peut devenir un problème majeur des Jeux Olympiques de Londres
L'arrivée d'un smog renforcé pendant l'été est à prévoir, pouvant gêner la performance des athlètes.



Alors que les divers représentants de chaque pays participant aux Jeux Olympiques arrivent en ce moment à Londres (Royaume-Unis), les experts du pays déclarent qu'un « smog », nuage de pollution en somme, pourrait venir jouer les troubles fêtes et causerait des problèmes respiratoires important pouvant nuire aux performances des athlètes. Le « smog estival », comme le qualifie Keith Prowse, consultant en problèmes respiratoires et conseiller médical de la British Lung Foundation (NDLR : une association britannique qui promeut la santé des poumons et soutient les personnes atteintes de maladie pulmonaire), qui est déjà apparu cinq fois cette année obligerait les athlètes à prendre des médicaments pour lutter contre les douleurs à la poitrine, les maux de gorge et l'essoufflement.

Contrairement à Pékin (Chine) qui a organisé les Jeux Olympiques en 2008, le nuage de pollution n'a pas été une des priorités de la capitale britannique, malgré l'objectif de jeux "verts" et la multiplication des efforts en faveur du développement durable mis en place par la ville. D'après Keith Prowse, "Si ce smog arrive, les athlètes, en particulier dans les épreuves d'endurance, ne pourront pas à atteindre leur performance maximum et ceux qui ont quelque tendance à l'asthme seront gravement affectées"

Course contre les gaz à effet de serre

Un bien triste constat qu'il aurait été facile de faire il y a longtemps déjà. Londres est en effet reconnu comme étant l'une des capitales européennes possédant l'air le plus pollué, et ce depuis de longues années. La circulation intensive, bien que régulée avec des directives récemment mises en place, n'est pas étrangère au phénomène. Le dioxyde de carbone (CO2) mais également le dioxyde d'azote (NO2) peuvent contribuer à accroître les niveaux d'ozone au niveau local qui peut stagner en basse altitude sur la ville pendant des jours.

La pluie de ces trois derniers mois n'arrangera malheureusement pas le problème, malgré qu'elle ait eu pour effet de maintenir la plupart des niveaux de pollution atmosphérique assez bas. Les prévisions météorologiques pour le Royaume-Unis ne sont pour le moment pas fixes. La capitale pourrait trouver le salut dans un ensoleillement moyen et des températures en dessous des moyennes de saison. Cela doit-être la première fois de l'histoire des JO que l'on espère un mauvais temps pour la compétition...
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant