La pollution de l'air reste à des niveaux dangereux en Europe

le
2
LA POLLUTION DE L'AIR RESTE À DES NIVEAUX DANGEREUX EN EUROPE
LA POLLUTION DE L'AIR RESTE À DES NIVEAUX DANGEREUX EN EUROPE

par Charlie Dunmore

BRUXELLES (Reuters) - La pollution atmosphérique demeure à des niveaux jugés dangereux dans de nombreuses régions de l'Union européenne et est responsable de décès précoces, de troubles de la santé et de dégâts sur l'écosystème, dit l'Agence européenne de l'environnement (AEE) dans un rapport publié mardi.

Le rapport salue une baisse des rejets de polluants atmosphériques au cours des dernières décennies mais il souligne que le problème de la pollution de l'air est loin d'être résolu en Europe.

L'AEE note qu'une grande partie de la population européenne ne vit pas dans un environnement sain et plaide pour une réglementation plus sévère afin de limiter les émissions de microparticules et d'ozone responsables de troubles respiratoires et de maladies cardiovasculaires.

Vingt-deux pays de l'UE, dont la France, l'Italie et la Pologne, affichent des niveaux d'émission quotidienne de particules fines supérieurs au plafond prévu par l'Union européenne en 2011.

Les seuils plus bas mais non contraignants fixés par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ne sont quasiment jamais respectés, selon les relevés effectués par les antennes locales de contrôle.

Le commissaire européen à l'Environnement, Janez Potocnik, estime que l'Union européenne peut se fixer d'une manière réaliste l'objectif de parvenir aux seuils préconisés par l'Oms au plus tard en 2050.

"Mon principal objectif est de placer clairement l'Europe sur la voie qui lui permettra de respecter les recommandations de l'OMS", a-t-il dit lors de la présentation du rapport.

"Il s'agit d'une feuille de route afin que nous puissions vivre plus longtemps, en meilleure santé et en protégeant mieux notre fragile écosystème", a-t-il ajouté.

LE DIESEL RESTE UNE MENACE

La réglementation plus restrictive appliquée depuis dix ans a permis une réduction de 50% des émissions de dioxyde de soufre responsable des pluies acides et d'un tiers des émissions de monoxyde de carbone.

En revanche, les niveaux d'émission de particules fines et d'ozone n'ont que peu baissé laissant en suspens la question des conséquences sanitaires de cette pollution.

"La pollution de l'air est nocive pour la santé des hommes et pour les écosystèmes. Selon les normes actuelles, une grande partie de la population ne vit pas dans un environnement sain", a déclaré Hans Bruyninckx, directeur exécutif de l'AEE.

Près d'un tiers des Européens sont exposés à des niveaux dangereux d'émission de particules fines très présentes dans les zones urbaines. Ces particules sont particulièrement nocives car elles passent directement des poumons dans le système sanguin.

Les chances de voir appliquer à l'avenir une réglementation plus contraignante sont minces car de nombreux gouvernements européens peinent déjà à faire respecter les seuils d'émission mis en place en 2010.

Seul sujet de consolation, les émissions de microparticules demeurent à un niveau relativement bas en Europe en comparaison de ceux enregistrés dans les zones urbaines en Asie, au Proche-Orient ou en Afrique.

Le rapport note que les progrès accomplis sur les nouveaux modèles de véhicules roulant au diesel ont permis une réduction des émissions de particules fines.

Mais cette amélioration s'est accompagnée d'une augmentation des émissions de dioxyde d'azote, dont les voitures diesel sont les principaux émetteurs, un polluant à l'origine de la formation d'ozone.

Pierre Sérisier pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le mardi 15 oct 2013 à 17:33

    Et si nous n'avions pas les centrales nucléaires se seraient pire qu'en Chine

  • M4630217 le mardi 15 oct 2013 à 16:50

    ET LA CHINE S'EST MIEUX !!