La pollution aux particules augmente le risque de mortalité

le
3
La pollution aux particules augmente le risque de mortalité
La pollution aux particules augmente le risque de mortalité

Une fois de plus, la pointe de la tour Eiffel est masquée par l'épaisse brume de pollution. Selon une étude l'Institut de veille sanitaire (InVS) publiée ce mardi, l'exposition aux particules qui la composent augmente le risque de mortalité à court terme. Si l'Île-de-France est régulièrement hors la loi quant à la règlementation européenne, les résultats de l'InVs montrent des dangers même lorsque les concentrations sont conformes au seuil fixé par l'Union.

La nocivité des particules fines PM10 - baptisées ainsi parce que leur taille est inférieure à 10 microns - n'est pas une nouveauté. Mais en étudiant l'impact de la pollution atmosphérique sur les décès dans dix-sept villes françaises, les chercheurs ont noté qu'à chaque fois que la concentration de particules PM10 augmente de 10 microgrammes par mètre cube, le risque de décès non accidentel augmente de 0,5% dans les cinq jours suivants. L'augmentation atteint 1,04% chez les personnes de plus de 75 ans, fragilisées par des pathologies cardiovasculaires ou respiratoires existantes.

«Pas de seuil en dessous duquel il n'y a pas d'effet»

Ces particules générées par les gaz d'échappement des véhicules, l'activité industrielle ou le chauffage au bois pénètrent facilement dans le corps et augmentent le risque de développer des maladies comme l'asthme, le cancer du poumon ou certains troubles cardiovasculaires. «Mais elles augmentent également le risque de décès à court terme chez des personnes déjà malades, notamment en été, lorsque la pollution vient se combiner avec la chaleur», indique Mathilde Pascale, épidémiologiste au sein du programme Air-Climat qui a participé à l'étude.

Vue embrumée sur le quartier de la Défense, à Paris (Photo LP/ OLIVIER ARANDEL)

Il existe par ailleurs un impact sur la mortalité «même à des concentrations conformes à la réglementation de l'Union européenne (40µg/m3 en moyenne annuelle) et proches des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Pathor le mardi 6 jan 2015 à 17:40

    ... et on comprend pourquoi malgré les progrès de la médecine il y a de plus en plus de cancer. Même s'il est vrai que c'est aussi parce qu’ils sont mieux détectés et que l'on vit plus vieux, il n’empêche que +1000 additifs + la mer.. que l'on respire tous les jours...

  • Pathor le mardi 6 jan 2015 à 17:35

    La France condamnée régulièrement depuis des années par la commission de Bruxelles pour non respect des normes; évidemment champion du monde du diesel pour une raison fiscale !!! Ce pays est incroyable. Ajouter à cela les plus de 1000 (oui, mille!) additifs que l'industrie agro utilise pour les produits alimentaires....

  • frk987 le mardi 6 jan 2015 à 16:42

    Quand je vois des fous faire du footing sur les quais de Seine.....ils en aspirent des particules fines.....40 cigarettes d'après une étude en 1h de footing urbain !!!