La pollution atmosphérique s'installe en France

le
0
La plupart des grandes agglomérations françaises ont été confrontées l'an passé à des épisodes de pollution au dioxyde d'azote (NO2).
La plupart des grandes agglomérations françaises ont été confrontées l'an passé à des épisodes de pollution au dioxyde d'azote (NO2).
Près d'un cinquième de nos compatriotes vivent dans des zones présentant des taux de pollution supérieurs aux seuils autorisés.
Il serait injuste de dire que les pouvoirs publics restent les bras ballants, mais le fait est que la pollution atmosphérique ne recule pas dans nos frontières. Révélée par le ministère de l'Écologie, auteur d'un bilan annuel de la qualité de l'air, une donnée en particulier fait froid dans le dos : douze millions, comme le nombre de nos concitoyens domiciliés dans des zones où l'atmosphère a dépassé les normes légales de particules PM10 (NDLR : Des particules microscopiques, d'un diamètre inférieure à dix micromètres, émises essentiellement par la filière agricole, l'industrie manufacturière, le secteur résidentiel et tertiaire ainsi que le transport routier) l'an passé.
« Les températures froides du premier trimestre, associées à des conditions anticycloniques relativement stables, ont favorisé les émissions dues au chauffage et à la non-dispersion des particules, conduisant à un nombre élevé de dépassements des valeurs limites réglementaires en début d'année », a également précisé l'Hôtel de Roquelaure, repris par nos confrères de 20 Minutes. De même, « la valeur limite journalière de cinquante microgrammes par mètre cube d'air à ne pas dépasser plus de trente-cinq jours par an l'a été en Alsace, en Champagne-Ardenne, en Haute Normandie, en Île-de-France, en Midi-Pyrénées, dan
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant