La politique monétaire ne peut pas tout régler, dit le G20

le
0
LE G20 AFFIRME QUE LA POLITIQUE MONÉTAIRE NE PEUT PAS TOUT RÉGLER
LE G20 AFFIRME QUE LA POLITIQUE MONÉTAIRE NE PEUT PAS TOUT RÉGLER

SHANGHAI (Reuters) - Les ministres des Finances du G20 réunis à Shanghaï ont déclaré samedi que les instruments monétaires ne suffiront pas pour faire sortir l'économie mondiale de sa torpeur.

Dans un communiqué, ministres des Finances et banquiers centraux pointent une série de risques qui menacent la croissance mondiale, évoquant la volatilité des flux de capitaux, la chute des cours des matières premières et les retombées potentielles d'un éventuel Brexit.

"La reprise mondiale se poursuit mais elle reste inégale et loin de notre ambition qui est celle d'une croissance forte, durable et équilibrée", dit le communiqué publié après une réunion de deux jours.

"Les politiques monétaires continueront de soutenir l'activité économique et de garantir la stabilité des prix, mais la politique monétaire ne peut pas à elle seule conduire à une croissance équilibrée."

L'affaissement de la croissance et les turbulences des marchés financiers ont contribué à intensifier les frictions monétaires entre les principales économies de la planète, souligne le communiqué du G20 qui évoque également les tensions géopolitiques et la crise des migrants et des réfugiés en Europe.

Jeroen Dijsselbloem, président de l'Eurogroupe, a dit à ce sujet que les ministres du G20 reconnaissaient la nécessité d'améliorer la communication entre banquiers centraux, notamment sur les décisions susceptibles d'entraîner une dévaluation des monnaies.

La question d'un éventuel Brexit ne figurait pas dans les premières versions du communiqué final, selon un responsable qui a y a eu accès, mais elle a été ajoutée à l'initiative des responsables britanniques. Le Royaume-Uni se prononcera le 23 juin sur son maintien dans l'Union européenne.

"Nous pensons qu'il est dans l'intérêt de la sécurité nationale et de la sécurité économique du Royaume-Uni, de l'Europe et des Etats-Unis que le Royaume-Uni demeure dans l'Union européenne", a déclaré le secrétaire américain au Trésor Jack Lew.

La Chine, qui accueillait la réunion, s'est de son côté saisie de l'occasion pour tenter de rassurer ses partenaires sur la vigueur de sa croissance et sur ses capacités à répondre aux préoccupations qu'elle suscite.

(Jan Strupczewski,; Nicolas Delame pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant