La politique monétaire accommodante et la consommation dopent l'économie, selon Fidelity

le
0

(AOF) - Malgré une hausse des taux d'intérêt en décembre 2015, la politique monétaire américaine reste incroyablement accommodante et parvient à stimuler l'économie - les rendements des emprunts d'État américains ont effectivement chuté depuis la première hausse des taux de la Fed, ce qui indique un assouplissement des conditions financières, constate Fidelity, dans un récent point de marché. Historiquement, la Fed s'est souvent distinguée en affichant des prévisions à long terme plutôt accommodantes en fixant notamment son taux directeur à un niveau "neutre" à long terme.

En 2015, la consommation des ménages représentait 68 % du PIB des Etats-Unis, ce qui en faisait le premier moteur de croissance, non seulement de l'économie américaine mais aussi mondiale. Actuellement, les perspectives bénéficient du soutien du faible taux de chômage, des prix bas de l'énergie, de la vigueur du secteur immobilier résidentiel ainsi que de la hausse des salaires qui s'accélère et s'étend à l'ensemble des secteurs des biens de consommation.

Le gestionnaire d'actifs explique que les taux d'intérêt bas et les mesures d'assouplissement quantitatif ont dopé les prix des actions et des obligations, mais leur impact sur l'économie réelle reste à démontrer. Étant donné que pour la plupart des observateurs, la politique monétaire est proche d'avoir atteint ses limites, il est probable que le prochain levier sera celui de la relance budgétaire, et notamment des dépenses d'infrastructures.

Les inquiétudes concernant le déficit croissant du secteur des infrastructures, le montant actuel des dépenses publiques d'équipement aux États-Unis (à son niveau le plus bas depuis 60 ans) et les coûts de financement toujours très bas plaident en faveur de cette hypothèse, conclut Fidelity.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant