La politique de la "Chine unique" de l'Onu confirmée à l'OACI

le
0
    MONTREAL/TAIPEH, 23 septembre (Reuters) - La politique de la 
"Chine unique" suivie par l'Onu a trouvé une nouvelle 
illustration avec le refus de l'Organisation de l'aviation 
civile internationale (OACI) d'inviter Taïwan à son assemblée 
générale, contrairement à ce qui avait été le cas en 2013. 
    Isolée sur la scène internationale, l'entité taïwanaise 
n'est pas membre de l'Onu qui ne reconnaît que la souveraineté 
de Pékin. 
    Depuis l'arrivée au pouvoir au mois de mai de la présidente 
taïwanaise Tsaï Ing-wen et du DPP (Parti démocrate progressiste) 
favorable à l'indépendance, Pékin a suspendu tous les canaux de 
communication officiels avec l'ancienne île de Formose. 
    L'OACI a expliqué que son assemblée générale prévue du 27 
septembre au 7 octobre ne suivrait pas le schéma de 2013 lorsque 
Taïwan avait été convié à l'initiative de Pékin. Les deux pays 
développaient à l'époque leurs relations économiques sous 
l'impulsion du président pro-chinois Ma Ying-jeou. 
    "L'OACI suit la politique des Nations unies de la 'Chine 
unique'", a expliqué à Reuters Anthony Philbin, porte-parole de 
l'OACI. "Si des aménagements ont été faits lors de la dernière 
assemblée, il n'y a rien de tel pour celle-ci." 
    Le Conseil taïwanais aux Affaires continentales dit de son 
côté avoir contacté Pékin début août en adoptant un ton 
"pragmatique et positif" et avoir été éconduit. 
 
 (Allison Lampert et J.R. Wu,; Nicolas Delame pour le service 
français, édité par Tangi Salaün) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant