La politique chinoise de Barack Obama

le
0
L'empreinte laissée par Henry Kissinger reste très prégnante dans l'Administration.

Quand on se penche sur le chaudron plein d'ingrédients, d'intérêts et de lobbys contradictoires dans lequel se fabrique la politique de l'Administration Obama à l'égard de la Chine, on y décèle immanquablement l'importance de l'empreinte laissée par Henry Kissinger, l'homme qui fut, aux côtés de Nixon, l'architecte de la normalisation des relations sino-américaines à partir de 1972. Malgré son âge, son ombre tutélaire et ses nombreux canaux d'influence planent toujours sur les milieux intellectuels et politiques de Washington, pour prôner une politique globale de coopération, plutôt encline à passer sous silence la question des droits de l'homme ou les inquiétudes en matière de sécurité, au nom de l'importance stratégique cruciale du partenaire chinois, de son potentiel économique et de son influence globale croissante. À en croire les experts, cette approche de realpolitik, qui cherche à ménager la Chine, reste incontestablement très prégnante à travers

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant