La police turque empêche l'accès à Kobani

le
1

ISTANBUL, 27 janvier (Reuters) - La police turque a fait usage de gaz lacrymogènes mardi pour stopper des cortèges qui tentaient de franchir la frontière avec la Syrie et de se rendre à Kobani, où les combattants kurdes ont repoussé les djihadistes de l'Etat islamique, a-t-on appris auprès d'un dirigeant politique kurde et d'un journaliste. Plusieurs groupes partis de Suruc, ville frontalière dominant Kobani, et de villages voisins se sont rejoints pour franchir la frontière et célébrer la victoire des combattants kurdes. Mais la police les a stoppés, a dit un journaliste présent à Suruc. "Les gens se rassemblement et sont heureux mais la police utilise des gaz lacrymogènes et a fermé des routes", a confirmé Adham Basho, un responsable politique kurde de Syrie. Les combattants kurdes des Unités de protection du peuple (YPG), renforcés par des peshmergas venus d'Irak et soutenus par les frappes aériennes de la coalition internationale, ont repris lundi le contrôle de Kobani après avoir repoussé les djihadistes de l'Etat islamique. Le siège de la ville, adossée à la frontière turque, a contraint à l'exil des dizaines de milliers d'habitants depuis l'été dernier. (voir ID:nL6N0V521X ) Adham Basho a précisé qu'il faudrait des mois pour garantir la sécurité dans la ville dont les immeubles vont devoir être déminés. (Dasha Afanasieva et Humeyra Pamuk; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M940878 le mardi 27 jan 2015 à 14:37

    au moins on sait se quel bord sont ces turcs !