La police sur les dents après les attentats de Boston

le
0
RECHERCHES TOUS AZIMUTS APRÈS LES ATTENTATS DE BOSTON
RECHERCHES TOUS AZIMUTS APRÈS LES ATTENTATS DE BOSTON

par Scott Malone et Svea Herbst-Bayliss

BOSTON (Reuters) - Les enquêteurs cherchaient toujours mardi à identifier les auteurs et à déterminer le mobile du double attentat qui a fait trois morts lundi lors du marathon de Boston.

Aucun autre engin explosif n'a été découvert sur le tracé du marathon de Boston, en dehors des deux bombes qui ont explosé quasi simultanément près de la ligne d'arrivée de la course, a déclaré le gouverneur du Massachusetts, Deval Patrick.

Le FBI a pour sa part déclaré qu'il n'y avait pas de "menaces supplémentaires connues" à Boston.

Outre les trois morts, on compte 176 blessés, dont 17 dans un état grave.

Une perquisition a été effectuée lundi soir à Revere, un quartier de Boston, dans l'appartement d'un étudiant saoudien blessé dans l'explosion. Mardi, on indiquait de source proche de l'enquête que cette piste allait être écartée.

Les Etats-Unis ont engagé des recherches tous azimuts pour retrouver les auteurs des attentats, les plus graves sur le sol américain depuis ceux du 11 septembre 2001.

Barack Obama a qualifié mardi la double explosion d'"acte de terrorisme", ce qu'il n'avait pas fait lors de sa première intervention publique sur le sujet lundi.

Les enquêteurs ne savent toujours pas si ce double attentat, non revendiqué, est l'oeuvre d'une organisation étrangère ou américaine ou l'acte d'un individu isolé, a ajouté le président américain.

Tenu informé entre autres par le directeur du FBI Robert Mueller et par la secrétaire à la Sécurité intérieure Janet Napolitano, le président a expliqué que l'enquête ne faisait que commencer.

"Chaque fois que des bombes sont utilisées pour viser des civils innocents, c'est un acte de terrorisme", a déclaré le chef de la Maison blanche.

"Ce que nous ne savons pas encore, toutefois, c'est qui a commis cette attaque ni pourquoi, ni si elle a été planifiée et exécutée par une organisation terroriste, étrangère ou intérieure, ou si elle était l'acte d'un individu malveillant."

DRAPEAU EN BERNE

Le chef de l'Etat a ordonné que le drapeau américain flottant sur la Maison blanche soit mis en berne en hommage aux victimes.

"Il faudra du temps pour explorer chaque piste et déterminer ce qui s'est passé. Mais nous trouverons", a déclaré Barack Obama. "Nous trouverons ceux qui ont fait du mal à nos citoyens et nous les traduirons en justice. Nous savons aussi cela : le peuple américain refuse d'être terrorisé."

Au moins deux pistes sont pour l'heure envisagées par les enquêteurs, dit-on de sources autorisées.

L'une d'elles s'appuie sur le jour choisi pour cet attentat : le Patriots' Day, qui correspond aussi au dernier jour pour les déclarations d'impôts - éléments qui tendraient vers la piste d'extrémistes de droite américains, comme de militants anti-impôts. Le 15 avril est aussi le jour anniversaire de la mort du président Abraham Lincoln, assassiné en 1865 par un sympathisant sudiste.

L'autre théorie serait celle d'un attentat islamiste. Le fait qu'il y ait eu deux explosions quasi simultanées évoque le mode opératoire prôné par le magazine Inspire, publication en ligne qui émane d'Al Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa).

De source proche de l'enquête, on indique que les deux engins explosifs étaient faits de poudre à canon, de billes de roulement et d'autres pièces de métal pour faire un maximum de victimes et de dégâts.

Parmi les morts figure un petit garçon de huit ans, rapporte le Boston Globe. Un enfant de deux ans a été blessé à la tête et hospitalisé. Des témoins ont dit avoir vu des membres épars sur les lieux de l'attentat. Certains blessés ont dû subir des amputations.

Les explosions de Boston ont eu pour conséquence la mise en alerte de la police dans les grandes villes des Etats-Unis, dont Washington et New York.

Sur les 23.326 coureurs qui avaient pris le départ, 17.584 avaient déjà passé la ligne au moment des explosions. Un demi-million de spectateurs assistent chaque année à l'événement, dont la première édition remonte à 1897.

Eric Faye, Jean-Philippe Lefief, Bertrand Boucey et Danielle Rouquié pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant