La police néerlandaise dit avoir "craqué" des Blackberry cryptés

le
0
La police néerlandaise dit avoir "craqué" des Blackberry cryptés
La police néerlandaise dit avoir "craqué" des Blackberry cryptés

La police néerlandaise a affirmé mercredi pouvoir décrypter des messages sur les smartphones Blackberry PGP, qui se targuent pourtant d'être un des moyens de communication les plus sécurisés et sont notamment prisés des criminels.Une porte-parole de l'institut forensique néerlandais (NFI) a confirmé mercredi à l'AFP l'authenticité de rapports partiellement publiés en décembre par un blog néerlandais spécialisé dans l'"actualité criminelle" et faisant état du décryptage."Nous pouvons confirmer que ces rapports sont bien du NFI", a-t-elle déclaré, ajoutant que la technique de décryptage avait déjà été utilisée plusieurs fois par le passé.Selon le blog "Misdaadnieuws.com", le NFI a trouvé le moyen de décrypter les Blackberry faisant usage du programme de chiffrement PGP (Pretty Good Privacy). Même les courriels effacés pourraient être récupérés "en grande partie".Un décryptage à distance semble toutefois impossible, selon le blog, qui affirme que le NFI doit avoir "physiquement" accès à l'appareil. Un des rapports partiellement publiés, daté du 15 décembre 2014, porte sur l'analyse d'un Blackberry Curve de type 9320 : "des courriels ont été exportés et ensuite décryptés grâce à une méthode développée par le NFI", indique le rapport.La méthode développée fait notamment usage du programme UFED4PC créé par la société israélienne Cellebrite, selon le rapport.Dans un autre rapport, daté du 9 janvier 2015, 325 courriels cryptés ont été extraits d'un Blackberry 9720, dont 279 ont pu être décryptés.Pionnier des smartphones, le canadien Blackberry ne représente plus qu'à peine 1% des ventes mondiales de smartphones face à la rude concurrence du secteur, avec notamment les géants Apple et Samsung.En raison de leur niveau de cryptage, les Blackberry sont prisés de ceux qui souhaitent préserver un certain niveau de sécurité, comme des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant