La police nationale victime d'un piratage informatique

le
1
La fuite de ces données personnelles résuterait d'un acte malveillant. (Photo d'illustration).
La fuite de ces données personnelles résuterait d'un acte malveillant. (Photo d'illustration).

Les données personnelles de près de 112 000 policiers, mais aussi de certains de leurs proches, ont été piratées et diffusées sur le Net depuis trois semaines. Révélée par RTL, ce lundi 27 juin, l'information embarrasse au plus haut point le ministère de l'Intérieur. Cette affaire intervient, en effet, alors que l'anonymat des policiers est réclamé par les forces de l'ordre, depuis le meurtre d'un couple de policiers chez eux à Magnanville, dans les Yvelines.

Une plainte a été déposée la semaine dernière pour connaître l'origine de cette fuite. Les premiers éléments de l'enquête, ouverte à Toulouse, laissent entendre que ce hackage pourrait résulter d'un acte malveillant d'un employé de la Mutuelle générale de la police. De fait, toutes les personnes concernées sont adhérentes de cette mutuelle.

Acte malveillant

Selon RTL toujours, le salarié de l'entreprise mutualiste aurait agi par vengeance pour protester contre sa hiérarchie à qui il reproche de ne pas lui avoir versé de primes. Le 2 juin dernier, ce responsable d'agence, basé à Limoges, aurait copié la banque de données « adhérents » qui comprend à la fois l'adresse, le numéro de téléphone et les coordonnées bancaires de 112 000 policiers, actifs et retraités. Il l'aurait téléchargé sur le cloud de Google.

Mis à pied par la direction de la mutuelle, ce salarié devrait répondre de ses actes devant...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le lundi 27 juin 2016 à 11:31

    J'ai eu l'occasion de former informatiquement des officiers de gendarmerie (capitaines, commandants...), vu le niveau, entrer sur les sites de la gendarmerie, n'importe qui peut le faire. Ils ne comprennent RIEN à RIEN.....mais...est-ce leur boulot, j'en doute.