La police intervient contre une manifestation interdite à Niamey

le
0

NIAMEY, 18 janvier (Reuters) - Les policiers nigériens ont fait usage de gaz lacrymogènes dimanche à Niamey, la capitale, pour disperser des centaines de partisans de l'opposition qui s'étaient rassemblés pour dénoncer l'incurie des pouvoirs publics, rapportent des témoins. Le gouverneur de Niamey avait décidé d'interdire cette manifestation dans le contexte des violences provoquées par la publication d'une caricature du prophète Mahomet en une de Charlie Hebdo, considérée comme un blasphème par les musulmans. Les émeutes dans ce pays très majoritairement musulman ont fait au moins dix morts, cinq samedi à Niamey et cinq la veille à Zinder, la deuxième ville du pays. (voir ID:nL6N0UW0BX ) Le rassemblement de l'opposition était prévu de longue date, bien avant les attaques djihadistes des 7, 8 et 9 janvier à Paris. Le décret du gouverneur ne précise pas les raisons de l'annulation mais un responsable s'exprimant sous le sceau de l'anonymat a expliqué à Reuters que les autorités redoutaient que le rassemblement soit infiltré par des manifestants anti-Charlie. (Abdoulaye Massalaki; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant