La police intervient contre les manifestants de Ferguson aux USA

le
0
INTERVENTION DE LA POLICE AMÉRICAINE À FERGUSON
INTERVENTION DE LA POLICE AMÉRICAINE À FERGUSON

par Ellen Wulfhorst et Scott Malone

FERGUSON Missouri (Reuters) - La police américaine a fait usage lundi de grenades lacrymogènes et assourdissantes pour disperser des manifestants rassemblés à Ferguson, dans le Missouri, théâtre de plusieurs jours de confrontation depuis la mort d'un jeune Noir désarmé tué par un policier blanc.

La manifestation de lundi s'était jusqu'alors déroulée dans un climat tendu mais globalement sans heurts, rapportent des journalistes de Reuters.

Puis, les policiers en tenue anti-émeute et appuyés par des véhicules blindés ont essuyé des jets de projectiles, sans doute des pierres, et ont procédé à quatre arrestations. Un agent dont on entend la voix dans un reportage de CNN a parlé d'un blessé par balles en demandant à la presse de quitter les lieux.

Face aux violences et aux pillages, Jay Nixon, gouverneur de l'Etat, a fait appel lundi à la Garde nationale, qui s'est déployée dans le centre de Ferguson pour tenter de rétablir l'ordre. Samedi, il avait décrété un couvre-feu de minuit à 05h00 (07h00 à midi à Paris).

Barack Obama l'a invité à recourir aux services de la Garde nationale de façon limitée et a plaidé l'apaisement plutôt que la confrontation.

"Je comprends les passions et la colère soulevées par la mort de Michael Brown, mais donner libre court à cette colère en pillant et en sortant armé, ou même en s'en prenant à la police, ne fait qu'exacerber les tensions et semer le chaos. Cela ne fait pas avancer la justice mais lui nuit", a-t-il souligné.

Le ministre de la Justice Eric Holder doit se rendre à Ferguson mercredi, a ajouté le président.

Les manifestants doivent pouvoir se rassembler librement mais le nécessaire sera fait face aux délinquants, a quant à lui souligné le capitaine Ron Johnson, chargé de rétablir l'ordre.

Eric Holder, qui s'est entretenu avec Barack Obama, a indiqué que 40 agents du FBI enquêtaient sur l'affaire. Le ministre a en outre ordonné une nouvelle autopsie du corps de Michael Brown. Les résultats des premiers examens médico-légaux pratiqués à la demande des pouvoirs publics seront connus sous peu.

SIX BLESSURES PAR BALLES

Selon l'autopsie effectuée à la demande de la famille de la victime, l'adolescent tué le 9 août a été atteint de six balles, dont deux à la tête. Elle montre par ailleurs qu'il se tenait vraisemblablement tête baissée en signe de reddition au moment du coup de feu qui lui a été fatal, selon Daryl Parks, l'avocat de la famille.

"Compte tenu de la nature des faits, cet officier de police devrait être arrêté", a-t-il estimé en présentant les résultats de l'autopsie à la presse.

Les manifestants qui se réunissent jour après jour à Ferguson réclament eux aussi l'arrestation du policier qui a tiré. La police locale a simplement fait savoir que l'officier Darren Wilson, 28 ans, était en congé administratif depuis la fusillade.

Le fait qu'il ait été laissé en liberté ainsi que la mauvaise volonté de la police locale à fournir des informations sur cet incident alimentent la colère d'habitants de Ferguson.

Le parquet de Saint-Louis a fait savoir que l'affaire pourrait être présentée dans la semaine à un Grand Jury qui se prononcera sur l'éventuelle inculpation du policier.

(Avec Carey Gillam à Kansas City, Eric Beech à Washington, Curtis Skinner à New York et Lucas Jackson à Ferguson; Bertrand Boucey, Pierre Sérisier et Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant